mémoires de p1 au carré_mars : les résultats

Ca y est, après je ne sais combien de mois d'arrêt, j'ai décidé de finir une bonne fois pour toutes ces mémoires laissés à l'abandon. Parce que j'aime bien finir les choses quand même...

Alors le mois de mars, c'est dur dur comme ambiance. Parce que les résultats sont le 16, parce qu'il faut reprendre très sérieusement le travail en même temps aussi, sinon même si on est classé ça sera mal barré pour le 2ème semestre. Franchement, c'est très tendu, surtout que l'an dernier on les avait eus le 23 février, et cette année ya beaucoup plus de grilles qcm que les machines corrigent. Une semaine avant, ça ne va plus du tout, rien ne rentre dans la bouche, et les petits trucs chiants s'accumulent et font déborder le vase. Notamment ce soir où je voulais aller chez mon copain le soir parce que ça n'allait pas du tout, je me disais que jamais je ne serais classée. Je vais donc à Massy Pal, pour voir que ces cons de la sncf sont en grève et qu'il n'y a pas moyen d'aller vers Saint-Rémy. Ca après avoir bossé à la bu 3h après les cours, après un début de semaine déprimant et stressant, après avoir été en retard aux td, fatiguée d'encore une nuit trop courte, là c'était vraiment trop, j'ai éclaté en larmes au téléphone, directement sur le quai. En plus je venais de perdre 1h en transport, heure que j'aurais pu mettre à profit pour bosser toute la masse de trucs que j'avais en retard... Heureusement, mon copain était là, comme toujours. Et heureusement, j'ai des amis top, qui dès le lendemain se sont employés à me rendre mon moral en allant me chercher à la fac pour discuter tranquillement, acheter des bonbons, rigoler et se balader. Oublier ce concours qui me pourrissait complètement la vie...
Arrive enfin ce jour-là, tant attendu, tant redouté. A l'intérieur de moi tout est noué en un noeud très serré. Les résultats doivent être affichés à 13h, forcément, j'attends depuis 12h avec Aline et Thierry, sur les escaliers, essayant vainement d'avaler un sandwich. Et vers 12h30, alors que le hall est encore assez vide, je vois des gens arriver, des feuilles dans les mains, j'essaie de ne pas y croire, ils affichent les feuilles au tableau des p1 alors qu'il n'y a personne devant, tout le monde pense qu'ils seront là plus tard et tous essaient de tuer le stress en bossant à la bu. Aline va voir, j'ai le coeur qui proteste dans la poitrine, ce sont bien eux. Et là, forcément, je les attends depuis 1 an mais je ne veux plus aller les voir, heureusement que Thierry me pousse parce que sinon j'aurais couru très loin hors de cette fac... Pas mal de monde s'est amassé en moins d'une minute, (j'en ai les mains qui tremblent à écrire, le coeur qui s'accélère, c'est très bizarre) et je me dis qu'après tout, je ne peux qu'y aller, j'ai assez lutté pour mériter de le voir ce classement... Mes yeux parcourent rapidement, presque dans de la buée, le tableau, je repère les "p", descends, vois un nom composé qui commence par "PA", le prénom est Sophie... et je lis "540". Sentiment d'incompréhension mêlé de panique. 540, c'est pas possible, je n'aurais quand même pas pu rater à ce point. Je dis à Aline "je suis 540, je comprends pas..." mais elle avec un super sourire me dit "oula, non, t'es pas 540 Sophie". Je la crois sur parole, la vue un peu plus claire je regarde une nouvelle fois, et là je vois distinctement mon nom, et en face, "6".

Est-ce que c'est la peine de continuer? De décrire l'espèce de torrent qui sortait de mes yeux à ce moment là, le coeur qui lâche d'un coup toute la pression, le jeté dans les bras de mon copain, mes exclamations et me foutant de tout ce qui pouvait se tramer autour ? Ya un seul moment comme ça dans une vie, celui qu'on a cherché à atteindre depuis qu'on est tout petit, un rêve qui pousse dans les retranchements et qui redonne la définition de ses limites. Et ce moment-là, ces secondes, on ne les oublie jamais, de toute sa vie. C'est pour ça qu'un an et demie plus tard, je m'en souviens encore comme si c'était hier. Petite explication quand même sur le "540" que j'ai vu au début... Il s'agissait en fait d'une fille 2 rangs plus haut que moi, qui s'appelait comme moi Sophie et dont le nom, composé comme moi, commençait aussi par "Pa". Hasard, mais dans ma confusion et ma précipitation à savoir, j'ai pas fait attention... Belle frayeur de quelques secondes !
La suite n'est qu'une fête, les coups de téléphone, à ma maman d'abord, pour qui je ne fais pas durer le suspense. Elle décroche dès là première sonnerie, elle a dû rester collée à son téléphone depuis ce matin... Je lui dis juste, "allô maman, je suis 6ème, c'est bon", et en face une pluie de mots tendres se déverse sur moi, en 1 minute elle a dû me dire tous les surnoms affectueux et les mots gentils qu'elle me dit en une année. Elle aussi le voulait tellement, ce classement, mon père m'en a raconté des choses sur son stress... Aline est super bien classée aussi, et maintenant, on va bosser, mais avec dans le coeur la certitude qu'on va réussir. Le doute existe toujours, mais on sait ce qu'on vaut maintenant, et on sait que si on continue comme on l'a déjà fait, alors on deviendra un jour médecin.

C'est presque fini !! Le mois de mars se termine dans le travail acharné et les programmes beaucoup trop ambitieux, arrive avril, avec ses révisions, ses nouvelles nuits trop courtes, ses cafés et ses soirées à la bibliothèque... Mais dehors, le temps s'éclaircit même s'il fait toujours froid, les cours de p1 tirent sur leur fin (ceux auxquels je vais, parce que je n'assiste pas beaucoup aux cours ce semestre-là...), le printemps arrive.

mémoires de p1 au carré_février : repos et restress

arf, chers lecteurs, je crois que je vous ai laissés bien longtemps... mea culpa, je reprends, parce que quand même, je ne peux pas laisser inachevée cette année...

Février donc... avec février, reprise des cours, hélas aussi peu intéressants en moyenne que ceux du premier. Et un nouvel obstacle, la SHS... la SHS (sciences humaines et sociales), c'est un gros coeff, un gros bloc de 3 polys d'une centaine de pages chacun à joyeusement apprendre par coeurrrr, comme le reste. L'avantage, c'est que comme le poly fait référence au concours, je ne vais pas beaucoup en cours, ce qui me laisse dormir davantage. On ne rettrappe pas le sommeil qu'on a perdu depuis septembre en 10 jours de vacances... Il y a également le retour de mon Andréééé adoré, qui donne les cours de biophy, et dont la voix calme et posée me fait beaucoup d'effet...
Sinon février, c'est le mois de l'ennui et du stress. Comme lorsque j'étais primante, je n'arrive pas à bosser énormément avant les résultats (qui tombent le 16 mars cette année... *sigh*). Enfin, tout est relatif bien sûr, en p1 "ne pas beaucoup bosser" revient à bosser éh par soir environ, et 5 heures par jour de week-end. Par rapport au mois de décembre, c'est sûr que ça fait peu, mais c'est quand même pas rien. en tout cas j'ai encore l'impression de prendre du repos et recharger mes piles... Au début du mois. Car plus ça avance, plus on pense à la date fatidique (j'avais au moins 3 calendriers "J-" dont j'arrachais minutieusement les pages, je comptais les jours qui me rapprochaient des résultats. Car finalement surtout en redoublant, on se dit (bon c'est super dangereux bien sûr) "bah, pourquoi bosser comme un fou sans avoir son classement, si ça se trouve ça ne sert plus à rien de bosser..." Je pronostique tous les jours sur les notes que j'ai pu avoir, mon classement, je me souviens avoir rêvé de tous les classements possibles et inimaginables : de majore :D à 600ème... sachant qu'on est 850 à la fac, et qu'il y a 145 places. Mais les plus objectivement possible, je me vois "ric rac", genre vraiment sur le fil, entre 140 et 150 : un classement horrible, surtout pour un redoublant, parce que tout reste possible : les partiels du 2nd semestre comptent un peu plus que le 1er, donc on peut se faire shunter très facilement du classement en ratant une épreuve... Stress, quand tu nous tiens... Mais le temps avance, avance, et les résultats vont arriver dans 2 semaines...

mémoires de p1 au carré_janvier : mais qu'y a-t-il donc au mois de janvier?

*prend la voix du Père Noël* "Hohoho!!.. Et bien en janvier, il y a le concours!"

Ahlala... Le dernier premier semestre de ma vie... Ca fait drôlement du bien de se dire ça. Du bien et bien peur aussi. Parce que forcément, maintenant que je redouble, le dernier, ça veut aussi dire que si je rate, je n'aurai plus jamais l'occasion de le recommencer et de retenter ma chance. Donc bon. Inutile de parler du stress... Pas seulement inutile, mais aussi indescriptible. Forcément, quand on joue sa vie en 2 jours, il y a de quoi angoisser pendant ces 2 jours... Angoisser est un mauvais mot, je dirais un mélange d'anxiété+peur intense+stress permanent+ apparition des symptômes de l'an dernier : soit le dégoût de la nourriture, la diminution du temps de sommeil d'un facteur presque 2, les nerfs qui lâchent à n'importe quel moment, avec ce qui accompagne : irritabilité très forte, énervement pour un rien... fallait pas m'approcher :)) et évidemment, bibliothèque, 9h-23h tous les jours. La routine habituelle des révisions, une bourre incroyable dans tout boulot, j'ai l'impression d'être incroyablement lente, de ne rien faire, mon cerveau ne retient rien, et chaque pause est minutieusement dosée, chronométrée (bon pas au chrono, mais à la minute près). Nouveau départ du Gugu, déprime en vue, je n'aurai jamais ce concours, etc, etc. Heureusement (mais comment je faisais primante... comment?!) il y a mon magicien (il manie les cartes... mais il sait aussi faire de la magie avec ses mots, ils me rendent calme mieux que n'importe quelle séance de yoga), et grâce à lui je tiens. A deux jours du concours, forcément, ça ne va pas, je pleure de partout, je n'ai rien fait, je ne sais rien.
La veille, lundi soir, énorme panique, tous les redoublants partent de la bu vers 20h histoire de dormir, me disent bonne nuit, bisous, blabla... Et j'ai fait la moitié ce que je voulais faire, donc je reste. Et là... en plein exo tout simple sur doppler, paf! le gros trou, je n'arrive plus à faire un truc élémentaire... heureusement, un D2 à côté de moi m'a dit "allez, ça suffit comme ça, va te coucher tout de suite!" et j'ai suivi son conseil, en chemin forcément gros gros craquage... Crise de larmes en revenant, et je sors à ma mère un magnifique "je ne vais pas aller au concours demain, de toute façon je vais tout rater". Heureusement la famille est là, maman a acheté des pakhlava que j'avale à travers mes larmes, je me couche vers 22h et sous le coup d'une accumulation de fatigue et de ras-le-bol, je m'endors comme un bébé, pour la première fois depuis le début des révisions.

Puis jour fatidique, 18 janvier. Chimie O, chimie G, physique. Que des matières "pas par coeur"! Ce sont les seules d'ailleurs, en chimie O, première épreuve, heureusement l'épreuve est très facile, c'est encourageant pour la suite. chimie G, moyen, j'ai été bête de ne pas aller plus vite!! Puis repas (tu parles d'un repas, je me suis forcée à avaler une moitié de sandwich et un sucre), et physique. Gasp! La physique... sujet extrêmement bizarre, c'était évident qu'il a été fait pour nous déstabiliser, changement d'unité en méca flu, sujet d'ondes space, radio j'ai même pas fini, j'y arrivais pas... par contre, heureusement, la partie méca était toute simplette, et je flippais pas mal que ça soit dur. Bon, un peu déprimée après cette épreuve quand même... Pas vraiment réussi, mais on verra.
Deuxième journée (après 2h de sommeil, mais c'est pas ma faute... Je n'arrivais absolument pas à dormir). Bioch, ça va, j'ai bien réussi, mais bon, la bioche était déjà ma matière de prédilection primante, et là ils ont simplifié de 2 fois le programme... Biocell 1 et 2, foirage, j'ai l'impression, surtout biocell 1, un sujet très bizarre, des qcm... n'importe quoi, enfin bon. Puis arrive la dernière épreuve : anat/physio... Bon ben, la physio, le sujet était incroyablement pourri tout de même, heureusement c'est un tout petit coeff, et anat. Allez, une autre matière réussie :) Avec le nombre d'heures passées à la bosser, c'était normal aussi. Sur 33 qcm, il devait y en avoir 5-6 où je n'étais pas sûre de moi sur une ou deux propositions, le reste je savais.
Et après l'anat... le contre coup, forcément. Fin du premier semestre, 1ères vacances les amis... Ca ne va pas très bien, ptit mal au coeur, et surtout une immense fatigue qui s'abat, le taux d'adrénaline ayant chuté d'un coup après le "l'épreuve est finie, posez vos stylos".

mémoires de p1 au carré_décembre : du début des révisions au 1er de l'an...

... il y a 450 heures de travail potentielles.
Les vraies révisions, je les ai commencées le 1er décembre. Avec un planning d'enfer. Cette année, en rajoutant les TD de l'an dernier, Medisup, Epsilon et les concours blancs, il y a 2 fois plus de boulot à fournir que l'an dernier... Bien sûr, avant les jours sans cours de Noël, c'est bibli tous les jours jusqu'à 23h, histoire d'être efficace un maximum au milieu d'autres étudiants qui travaillent. Le temps va très vite - malheureusement (le temps manque toujours aux révisions) et heureusement (pour ma santé mentale). Les cours se finissent vraiment rapidement, j'ai l'impression, par rapport à l'année dernière. Ils ont voulu tout tasser cette année avant les vacances, mais en laisser tout de même un peu pour après, pendant les révisions officielles. C'est très saoûlant d'avoir des cours en janvier, surtout des cours qu'on a pas eu l'an dernier... Parce qu'on a de la physio, cette année, grâce à nos amis de la fac à côté avec qui on fusionne. C'est bien la physio, c'est une des matières les plus médicales de l'année, mais on a pas eu le cours l'année dernière, donc on morphle pour les apprendre autant que les primants...
Avec l'arrivée des "vacances" de Noël, arrive également une nouvelle pas très agréable : la bibli de la fac est fermée! Je vais donc devoir travailler chez moi. Ca va, j'arrive à bien travailler quand même, mais pas autant que je le voudrais. Je dois faire du 12 heures efficaces par jour, ce qui est quand même peu, je perds 4h par rapport à mon maximum du 2ème semestre l'an dernier, j'espère que ça ira quand même... Je dors beaucoup (je me dis que je ne devrais pas dormir autant, mais d'un autre côté je prends des forces pour tout donner au mois de janvier), 8h par jour environ. Et les 4 heures qui restent... inévitables pauses de quand je travaille à la maison : ordinateur, dîner, thé, discut. Au moins j'ai l'impression de rester humaine... Et je m'en sors quand même mieux que quand j'étais primante, pour l'efficacité et les scores approximatifs aux annales. Je me suis permis pas mal de repos pour les fêtes : pas un jour entier bien entendu, mais je suis allée passer le 24 au soir chez les parents de mon copain, et le 31 chez un ami. Ca fait drôlement du bien de voir des gens en dehors de mon cadre habituel... On a de nouveau l'impression qu'il y a un monde hors de la médecine...

mémoires de p1 au carré_novembre : retour de la non-confiance pathologique du p1!

Me vlà de retour après pas mal de temps d'absence... Sorry. J'essaierai d'être plus ponctuelle ;)
Bon ben, le mois de novembre. A la fois plein de choses à dire, et rien à dire. Rien parce que je ne fais que bosser, finalement. Et plein parce que je passe par plein d'états d'esprit aussi variés que peu réjouissants. La bibli est devenue ma maison. 23h quasiment tout le temps, le boulot s'abat sur les p1 comme une avalanche (mais prévue depuis longtemps, l'avalanche, on songer au fait que le concours, c'est dans deux mois. Bon forcément le côté positif des choses, c'est que pas mal de cours sont emmagasinés dans le cerveau déjà, surtout l'anat, j'en fais énormément cette année pour combler les lacunes de l'an dernier. Et je commence même à aimer ça... C'est dire si la p1 rend barjo. Les points négatifs, yen a plein : les primants commencent à devenir forts, à réussir à prendre normalement les cours et à tout comprendre. Et j'ai l'impression, malgré mon classement de l'an dernier, que certains doublants connaissent leurs cours bien mieux que moi, ce qui m'inquiète... beaucoup. Il y a aussi la fatigue. L'anat vendredi matin c'est à 8h (n'importe quoi, comme si on était pas assez crevés comme ça déjà), ce qui me fait me lever à 6h... Le froid aussi, c'est déprimant. Et puis, quand je sors pour la fac le matin il fait encore nuit, quand je rentre le soir il fait nuit depuis longtemps, je ne vois jamais le soleil.
Bon, les résultats du premier concours blanc d'Epsilon (la prépa) sont quand même bien encourageants, j'ai tapé le 15.5 en physique. d'ailleurs je ne sais toujours pas comment j'ai fait, je pensais avoir 8 ou 9...
Allez je retourne boulotter moi. Aujourd'hui, à une semaine et demie du concours, j'ai décidé de tester un truc : travailler de minuit à 22h, en faisant 3 ou 4 pauses. On verra bien si ça marche, mais ces derniers temps j'ai pas du tout envie de dormir...

mémoires de p1 au carré_octobre : ah la joie du retour au travail...

Et voilà, le mois d'octobre déjà...
Et avec octobre, arrivent le début des TD et la suite des cours en amphi. J'ai très notablement accéléré le rythme, c'est impressionnant à quel point je suis plus efficace maintenant, je peux travailler des heures et des heures à la suite à la bibli sans être trop fatiguée et en restant concentrée... J'ai l'impression en tout cas de travailler bien plus que primante, ce qui est plutôt positif... Le programme a malheureuseument beaucoup changé quand même, ils doivent être contents, les primants sont encore pluys privilégiés cette année que les précedentes... Et ils bossent, les primants. Beaucoup sont vraiment coinced (pas tous, bien sûr, certains sont vraiment sympas) mais ils bossent tout de suite et comme des fous... J'ai vite fait d'occuper la bu jusqu'à 23, en fait. Je fais des programmes très ambitieux toutes les semaines, donc pour les tenir j'ai intérêt de rester tous les soirs à la fac...
Je suis bien plus épanouie, aussi. Je me sens bien je suis plutôt sereine, et j'ai plus confiance en moi que l'année passée. Je sais bien que j'en suis capable... Enfin, j'arrive à m'en persuader mieux que l'année dernière en tout cas.
Le premier coup de blues est arrivé, aussi, fatalement, vers mi-octobre. Je venais d'avoir un cours à Epsilon (la prépa) sur la méca en énergie, que nous n'avions pas l'an dernier, mais cette année ils ont eu la bonne idée de nous faire changer de prof et le nouveau ADORE la méca avec les équa diff que les redoublants ont forcément oubliées, etc... Bref je n'avais rien compris en cours, les jours raccourcissaient, il faisait plus froid, j'avais pris un peu de retard et la fatigue commençait à pointer le bout de son nez à cause des réveils trop tôt. Bref, petite crise de pas confiance en soi, je vais rater le concours, tout le monde y arrive et pas moi, argh argh. Heureusement que les amis sont là pour le réconfort... Et mon copain surtout... D'ailleurs pour ceux qui auraient peur de la vie de couple en p1 : l'an dernier pas d'amoureux, et les coups de blues je les gérais comme je pouvais toute seule. Cette année, incomparable : presque pas de déprime, la rassurance, la tendresse sont toujours là, et c'est merveilleux. Alors qu'on ne dise pas que couple et p1 ne s'accordent pas!! On verra aux résultats bien sûr, mais j'arrive très bien à bosser et ne pas trop sortir cette année, au moins autant que l'année dernière sinon plus! Et on n'est pas obnubilé par le concours aussi! On a plein d'autres choses bien plus agréables dans la tête! :)

Mais comme dirait l'autre, un Mars et ça repart, et c'est reparti de plus belle 2 jours après. En anat on a commencé les merveilleux cours de la tout aussi merveilleuse Mme Vitte. C'est un vrai plaisir d'aller en anat, même si je dois me lever vendredi matin à 6h...
Par contre la biocell... On a changé de prof aussi, et celui-là est horrible, il n'explique rien, balance des notions dont les primants ne peuvent pas avoir entendu parler et son cours est un tas de schémas avec rien dessus, au final. Heureusement que j'ai mon cours de l'année dernière et que je l'ai revu, parce que les primants, les pauvres, morphlent comme des fous... J'en ai vu 40 après les cours, entassés devant le rayon des bouquins de bio cell à la recherche du bouquin miracle qui correspond à peu près au programme et qui leur expliquera tout... Ils ont de l'espoir, les jeunes... J'en ai pris certains "sous mon aile" : on reprend le cours ensemble, je leur explique, je leur donne des conseils sur la façon d'apprendre telle ou telle matière ou de préparer les TD... C'est rigolo, on dirait que je suis leur grande soeur. Ou une assistante sociale, aussi. Parfois ils viennent complètement en panique, "mais je n'y arriverai jamais, c'est trop dur, l'anat c'est impossible à apprendre tout...". Lol. Ils ont eu la partie la plus facile pour le moment, zont pas vu Lazennec encore!! Et ses deux derniers cours tombent le 6 et 7 janvier, 10 jours avant le concorus! La moitié du membre inf 10 jours avant! :D :D C'est autant ça de gagné pour nous, parce que c'est impossible à assimiler, il faut réviser autre chose aussi! C'est peut-être la seule matière où nous sommes plus ou moins avantagés, alors autant profiter et maîtriser le cours de Lazennec tout de suite! D'ailleurs l'anat, j'en fais... Beaucoup. Au moins 2-3 h par soir. C'est ce qui m'a fait rater l'an dernier, je ne veux surtout pas que ça soit un handicap cette année! Et ça va, les cours reviennent en mémoire assez rapidement, et surtout je les comprends et je visualise... La bioch c'est étonnant aussi, on a fait une grosse partie sur les protéines qui n'était pas au programme l'an dernier, et j'ai assimilé ssez facilement. C'est peut-être ça aussi, l'avantage du redoublant qui a travaillé primant. Son cerveau s'est adapté, on a pris des méthodes de travail efficaces et tout nous paraît plus simple maintenant, même les cours qu'on a pas fait... Et il y a l'avance qu'on a prise, aussi. Je n'ai plus 2 semaines de retard comme primante, j'en ai 3 d'avance, et ça rassure drôlement... Malheureusement, comme je vous décrirai le mois prochain, l'avance s'estompe de jour en jour et le doute prend le dessus...

mémoires de p1 au carré_septembre : pré-rentrée, rentrée et autres réjouissances en série...

C'est devant une foule de lecteurs en délire que je fais enfin ma rentrée livejournalesque : ouaiiis j'ai récupéré Internet!! Il faut dire que pour x raisons nous n'avons pas eu l'ordinateur chez nous pendant un mois, donc pas de possibilité de mettre en ligne mes palpitantes aventures... Heureusement je tiens toujours mon journal manuscrit et je vais vous faire la retranscription des moments les plus intéressants ici. C'est reparti donc...

Pré-rentrée : 2 semaines à la bibli, tous les jours. Heureusement elle ne ferme qu'à 17h30, ce qui ne me fait pas culpabiliser de ne pas rester jusqu'à 23h. J'ai recopié tous mes cours d'anat au propre, en me les remémorant un peu au passage. Ca fait vraiment plaisir de se rendre compte, que ce soit pour l'anat ou le reste, que je me souviens à peu près du gros de la matière. J'ai refait (en survolant un peu bien sûr, mais en me remettant bien tout en mémoire) le programme du 1er semestre, en faisant qques fiches et qques TD au passage. Les primants n'ont qu'à bien se tenir! :)) Niarkk! Mais j'y vais vraiment en douceur, quand même, me stresser avant la rentrée n'est pas bien utile... J'en profite aussi pour aller à plein de soirées, décompresser, relire mes bouquins préférés, faire le plein, quoi. Petit coup de blues tout de même tous les jours en voyant les p2 sortir de l'hôpital (ils ont stage infirmier ce mois-ci) quand je vais à la bu... Bref. Je me fais aussi un peu mal en lisant leurs réactions de stage sur un forum médical. Mais bon, l'année prochaine je serai comme eux! :p

20 septembre : la rentrée. Dans le journal de l'année précédente vous avez eu le droit à la description de l'ambiance quand j'étais primante. Cette année, je suis redoublante, et c'est MOI qui chante les chansons, qui mets un peu d'ambiance et qui décoince les primants! C'est rigolo de se retrouver dans cette position là et de changer de mentalité d'un coup!
D'ailleurs, petite remarque qui a son importance : vous me verrez sûrement dire des choses pas toujours gentilles sur les primants, et même avoir un espèce de sentiment négatif envers eux : ne m'en tenez pas rigueur. Je suis redoublante maintenant, et si je n'ai pas le concours cette année, je ne l'aurai jamais. C'est normal qu'on considère un peu que les primants viennent nous "piquer" nos places : eux ont encore une 2ème chance... Mais ces remarques, jamais je neles pense vraiment, en fait : primante, je voulais absolument passer, et évidemment tout le monde le veut et les plus bosseurs le méritent tous, primants ou redoublants... D'ailleurs comme vous le verrez par la suite il est possible de "bizuter" les primants et de se soutenir entre redoublants sans pour autant avoir l'esprit concours : demandez donc à tous les primants que j'aide si je ne suis pas sympa avec eux...

Bref, revenons à nos moutons, la rentrée. Changement de programme tout de même assez conséquent, hélas. Beaucoup de profs ont changé, les polys aussi, la biocell, la bioch, le nombre d'heures d'anat a diminué, tout ça à cause de la fusion avec Saint-Antoine (c'est nous qui nous sommes pris tous les changements dans la figure). En plus de la volonté de tous les profs d'avantager les primants (ce que personne ne nie d'ailleurs), ça ne nous fait pas que des bonnes nouvelles... Je me console quand même en me disant que parmi les redoublants, c'est moi qui ais le moins à m'en faire au vu de mon classement l'an dernier : 6ème primante recalée je crois (et 10ème recalée en tout). Nous sommes 870 cette année, 740 l'année dernière : ça fait 130 concurrents de plus, et autant de places en moins dans les amphis. Les escaliers de ceux-ci sont donc maintenant régulièrement occupés, c'est du n'importe quoi, et les primants sont tellement stressés cette année qu'ils viennent 45 mn avant le début du cours pour prendre les places, ce qui est particulièrement débile. L'an dernier j'étais une des premières à arriver et je venais 20 mn avant le début des cours, ça suffisait largement... Cette année, c'est donc encore ça de temps de sommeil en moins. Je squatte la bu tous les jours aussi maintenant (mais pas encore jusqu'à 23h), contrairement à l'an dernier où je rentrais parfois bosser chez moi. J'ai la nette impression de bosser plus cette année que l'année dernière, alors qu'en nombre d'heures ça doit faire la même chose : c'est cool, je suis plus efficace, je prends de l'avance partout dans toutes les matières, mais je console les primants apeurés et déjà stressés, les pauvres. Pour l'instant, j'ai quasiment du plaisir à bosser, parce que je me rends compte que j'ai plein d'avance et j'adore cette sensation... Mais il va falloir bientôt accélerer le rythme, je le sens...

mémoires de p1 au carré : stressée moi? :-)

Bon ben, des nouvelles fraîches... (et mauvaises, accessoirement)
Alors, aujourd'hui, pré-rentrée pour moi, retour dans ma bu adorée... Que dire, c'est dur dur, tout de même. D'abord parce que bien qu'on se prépare à redoubler, bien qu'on soit rodé, bien qu'on ait ravalé sa frustration, le résultat quand on marche dans le couloir menant à la bibli est le même : les yeux qui piquent. C'est étonnant, j'ai fait ce chemin tellement de fois, ça en était devenu automatique, et là, c'est comme si je redécouvrais totalement cette ambiance particulière de la fac... Bon, il y a des carrés aussi stressés que moi qui bossent déjà comme des fous. D'ailleurs, ils le sont, fous. Ils vont se crever avant la rentrée et jamais ils ne tiendront le rythme (bon, je dis ça pour me rassurer en fait, parce que quand je les vois qui bossent depuis août je culpabilise). Sinon, autre impression bizarre : voir les gens de l'année dernière en stage infirmier. Rhhaa, j'ai beau le nier, je ne peux m'empêcher d'être un peu jalouse... Pas une jalousie méchante genre "j'aurais voulu qu'ils ratent, j'aurais voulu chopper leur place" mais plutôt du type "j'aurais bien voulu être avec eux..." Enfin, ça dégoûte quand même. Ca dégoûte d'autant plus qu'il y a, d'abord le changement de programme, et ensuite LA mauvaise nouvelle du jour : on va être 920 étudiants cette année. 920 alors qu'on était 740 l'an dernier. La lose. Ils vont sûrement ouvrir un 3ème amphi, histoire que les nôtres ne soient pas surchargés... Ca m'a déprimé cette nouvelle, vraiment. J'ai beau être l'une des meilleures classées carrées, ben j'ai quand même un gros stress du coup, 200 étudiants en plus c'est énorme, surtout que le numérus va augmenter de quoi, une dizaine de places peut-être. Enfin, je vais travailler à fond, c'est la dernière année que je passe en p1, c'est certain :), donc autant tout donner. Je l'aurai ce fichu concours!! Ah mais!!
Bon, une bonne nouvelle quand même, j'ai repris des cours d'anat, et ça va, j'arrive à me souvenir de pas mal de trucs en recopiant, ce qui fait bien plaisir. Je ne sais même pas comment, mais le fait que les artères gastroépiploïques droite et gauche qui vascularisaient la grande courbure, c'est revenu tout seul. :) Et puis, j'ai photocopié les cours de biocell et physio d'un redoublant de SA (la fac avec qui on fusionne), et finalement en biocell on a fait pas mal de trucs qu'ils ont fait aussi, je croyais que ça changerait entièrement, en fait pas tant que ça.
Bon, j'attends ma carte d'étudiant (c'est le bordel à la scola, comme d'hab) de pied ferme. Je suis dans la même section que l'an dernier, la B, c'est la plus belle et la meilleure de toutes les sections... En plus on a le plus bel amphi, tout bleu, ouaiiiiiiiiiis! Bon j'arrête, je commence à craquer.
A dans 2 semaines!

mémoires de p1 au carré!! c'est reparti pour une année de folie!

Ah, bonjour à tous mes lecteurs adorés!! Me voilà revenue de vacances (géniales, accessoirement), mais je vous les raconterai un autre jour, pour l'instant je me reconcentre sur le but premier de ce livejournal : écrire sur ma vie en p1! Et ce ne sera plus du mois par mois, non, ça sera du live, semaine par semaine bande de petits veinards! :))
Comme vous devez le savoir je redouble (je me suis assez lamentée ici :p), et comme les "mémoires de p1" ont apparemment plu à pas mal d'entre vous je rembarque pour une année de souvenirs palpitants! On est donc le 2, ma rentrée est le 20, mais entre temps, à partir du 6 septembre exactement, je commence à travailler. Tout doucement hein, histoire de pas trop me fatiguer au début, qqch comme 4h par jour, à la bibli de la fac. J'ai ressorti avec un peu d'amertume les 3 cartons du 1er semestre contenant mes cours et autres réjouissances (annales, td, qcm, exos et concours blancs de medisup, bouquins d'exos), ce qui a bien rempli ma chambre. Bah, je me dis que quoi qu'il arrive, c'est la dernière fois que je sors ces cours, ce qui est encourageant (j'aime paaaaaas l'anat!).
Questions inquiètes de rentrée : - mais quand est ce que je vais recevoir ce foutu dossier d'inscription? j'ai coché une mauvaise case ou quoi??
- à quel point le programme a changé entre Saint Antoine (SA) et Pitié à cause de la fusion? est ce que je vais arriver à récupérer les cours d'un carré de SA pour voir un peu ce qu'ils ont fait de différent par rapport à nous?
- est-ce que je vais passer en p2? (question sans aucune importance que celle-là bien sûr, mais j'ai l'impression que je vais souvent me la poser cette année)
- est ce que le Crous est toujours aussi dég? (remarquez, pour celle là j'ai la réponse)
- mais est-ce que je vais passer en p2??


Bienvenue dans mes "mémoires de p1 au carré"! (j'avais pensé à appeler ces nouvelles "mémoires" "la vie d'une étudiante absolument pas stressée pour son concours et confiante quant à son avenir dans le milieu médical", mais ça faisait trop long)

mémoires de p1_1er juillet : les choix.

Voilou, cette fois c'est sûr, je redouble. Malgré tout ces deux journées (29 et 30 juin) étaient de transit, car on a le classement, mais on n'a pas coché la case définitive "passage en p2" ou "redoublement". Car un infime doute subsistait : et si une vingtaine de personnes classées en médecine décidaient de finalement choisir dentaire, kiné ou sage-femme? J'explique le principe, en fait : les 129 premiers sont classés en médecine, d'accord. Mais il y a d'autres spécialités médicales pour lesquelles il faut passer par le concours de 1ère année de méd : dentaire, kiné, sage-femme. En fait après les 129 de médecine, il y a 15 places en dentaire, 15 places en sage-femme et 12 en kiné. Et il y a 10 étrangers classés aussi, donc ça fait 139 pris en médecine en fait. Et le truc, c'est que ceux qui sont classés en médecine, peuvent choisir de faire médecine ou dentaire ou sage femme ou kiné. Et il y a des gens comme ça, qui sont dans les 129 premiers mais qui choisissent autre chose que médecine (dentaire par exemple, les études sont moins longues, bien payées, pas d'internat, etc.). Cela "décale" donc le nombre d'acceptés en médecine d'une place en plus, puisqu'il y en a un en mois passant en 2ème année de médecine. Dans certaines facs ce nombre de "désistements" monte jusqu'à 20 parfois, mais dans notre fac bien sûr, en général c'est de l'ordre de 5-6. Bref, si on croit au miracle, mais je n'y croyais absolument pas, s'il y avait 17 désistements je passais quand même en médecine. Et finalement, des désistements, il y en a eu 6, donc le 145ème a eu médecine aussi... Voilà, donc je rate médecine à 10 places près et à 4,32 points. Dégoûtée moi? Naaaaaan Jamais!! :D Ma main a quand même un peu tremblé quand j'ai coché la case "redoublement" alors qu'on me proposait "dentaire"... C'est étrange car c'est vraiment un choix tellement important pour ma vie, si ça se trouve l'an prochain je ne serai même pas classée et je n'aurai rien, ni dentaire, ni kiné, ni sf... C'est donc officiel maintenant... Snif...
Bon, mes notes, quand même :
histoire de la médecine : 21/30, bien, je suis contente
santé pub : 18/30, pas mal, je m'attendais à ce qu'on m'enlève plein de points avec prévalence et incidence et en fait pas du tout.
psycho : 16.5/30 là par contre je suis très étonnée, je pensais avoir très bien réussi la psycho, je suis même allée voir ma copie.
histo/embryo : 24,75/40 : je suis vraiment contente de moi, j'avais beaucoup bossé l'embryo.
bio dev 2 : 9.90/20 : hm, ce n'est pas très bon, je m'attendais à un petit peu mieux
génét : 14.67/20 : pas de surprise, c'est la note que j'avais d'habitude aux annales et concours blancs
biostat : 7.20/20 : :D et oui, comme prévu, complètement raté, mais je le savais :))
et enfin, biophy : 25/40, je suis vraiment contente en biophy, je croyais avoir vraiment foiré!!

Voilà, en tout ça me fait 248.27 points, soit 11.02 de moyenne. Gloups.
Allez, je vais me ressourcer pendant les vacances, et je suis super motivée, l'an prochain j'essaye de viser haut malgré le gros changement de programme dû à la fusion.
A l'année prochaine donc, mes chers lecteurs! :p Je me suis beaucoup amusée à taper ce journal et à recevoir vos commentaires, surtout n'hésitez pas à en faire en bas des textes en appuyant sur "comment on this". ;) L'an prochain, je l'écrirai "en direct", semaine par semaine au lieu de mois après mois. :)
Bonnes vacances à tous! A la rentrée!