?

Log in

No account? Create an account
Sonya's Journal
 
[Most Recent Entries] [Calendar View] [Friends]

Below are the 20 most recent journal entries recorded in Sonya's LiveJournal:

[ << Previous 20 ]
Sunday, August 13th, 2006
7:20 pm
mémoires de p1 au carré_mars : les résultats
Ca y est, après je ne sais combien de mois d'arrêt, j'ai décidé de finir une bonne fois pour toutes ces mémoires laissés à l'abandon. Parce que j'aime bien finir les choses quand même...

Alors le mois de mars, c'est dur dur comme ambiance. Parce que les résultats sont le 16, parce qu'il faut reprendre très sérieusement le travail en même temps aussi, sinon même si on est classé ça sera mal barré pour le 2ème semestre. Franchement, c'est très tendu, surtout que l'an dernier on les avait eus le 23 février, et cette année ya beaucoup plus de grilles qcm que les machines corrigent. Une semaine avant, ça ne va plus du tout, rien ne rentre dans la bouche, et les petits trucs chiants s'accumulent et font déborder le vase. Notamment ce soir où je voulais aller chez mon copain le soir parce que ça n'allait pas du tout, je me disais que jamais je ne serais classée. Je vais donc à Massy Pal, pour voir que ces cons de la sncf sont en grève et qu'il n'y a pas moyen d'aller vers Saint-Rémy. Ca après avoir bossé à la bu 3h après les cours, après un début de semaine déprimant et stressant, après avoir été en retard aux td, fatiguée d'encore une nuit trop courte, là c'était vraiment trop, j'ai éclaté en larmes au téléphone, directement sur le quai. En plus je venais de perdre 1h en transport, heure que j'aurais pu mettre à profit pour bosser toute la masse de trucs que j'avais en retard... Heureusement, mon copain était là, comme toujours. Et heureusement, j'ai des amis top, qui dès le lendemain se sont employés à me rendre mon moral en allant me chercher à la fac pour discuter tranquillement, acheter des bonbons, rigoler et se balader. Oublier ce concours qui me pourrissait complètement la vie...
Arrive enfin ce jour-là, tant attendu, tant redouté. A l'intérieur de moi tout est noué en un noeud très serré. Les résultats doivent être affichés à 13h, forcément, j'attends depuis 12h avec Aline et Thierry, sur les escaliers, essayant vainement d'avaler un sandwich. Et vers 12h30, alors que le hall est encore assez vide, je vois des gens arriver, des feuilles dans les mains, j'essaie de ne pas y croire, ils affichent les feuilles au tableau des p1 alors qu'il n'y a personne devant, tout le monde pense qu'ils seront là plus tard et tous essaient de tuer le stress en bossant à la bu. Aline va voir, j'ai le coeur qui proteste dans la poitrine, ce sont bien eux. Et là, forcément, je les attends depuis 1 an mais je ne veux plus aller les voir, heureusement que Thierry me pousse parce que sinon j'aurais couru très loin hors de cette fac... Pas mal de monde s'est amassé en moins d'une minute, (j'en ai les mains qui tremblent à écrire, le coeur qui s'accélère, c'est très bizarre) et je me dis qu'après tout, je ne peux qu'y aller, j'ai assez lutté pour mériter de le voir ce classement... Mes yeux parcourent rapidement, presque dans de la buée, le tableau, je repère les "p", descends, vois un nom composé qui commence par "PA", le prénom est Sophie... et je lis "540". Sentiment d'incompréhension mêlé de panique. 540, c'est pas possible, je n'aurais quand même pas pu rater à ce point. Je dis à Aline "je suis 540, je comprends pas..." mais elle avec un super sourire me dit "oula, non, t'es pas 540 Sophie". Je la crois sur parole, la vue un peu plus claire je regarde une nouvelle fois, et là je vois distinctement mon nom, et en face, "6".

Est-ce que c'est la peine de continuer? De décrire l'espèce de torrent qui sortait de mes yeux à ce moment là, le coeur qui lâche d'un coup toute la pression, le jeté dans les bras de mon copain, mes exclamations et me foutant de tout ce qui pouvait se tramer autour ? Ya un seul moment comme ça dans une vie, celui qu'on a cherché à atteindre depuis qu'on est tout petit, un rêve qui pousse dans les retranchements et qui redonne la définition de ses limites. Et ce moment-là, ces secondes, on ne les oublie jamais, de toute sa vie. C'est pour ça qu'un an et demie plus tard, je m'en souviens encore comme si c'était hier. Petite explication quand même sur le "540" que j'ai vu au début... Il s'agissait en fait d'une fille 2 rangs plus haut que moi, qui s'appelait comme moi Sophie et dont le nom, composé comme moi, commençait aussi par "Pa". Hasard, mais dans ma confusion et ma précipitation à savoir, j'ai pas fait attention... Belle frayeur de quelques secondes !
La suite n'est qu'une fête, les coups de téléphone, à ma maman d'abord, pour qui je ne fais pas durer le suspense. Elle décroche dès là première sonnerie, elle a dû rester collée à son téléphone depuis ce matin... Je lui dis juste, "allô maman, je suis 6ème, c'est bon", et en face une pluie de mots tendres se déverse sur moi, en 1 minute elle a dû me dire tous les surnoms affectueux et les mots gentils qu'elle me dit en une année. Elle aussi le voulait tellement, ce classement, mon père m'en a raconté des choses sur son stress... Aline est super bien classée aussi, et maintenant, on va bosser, mais avec dans le coeur la certitude qu'on va réussir. Le doute existe toujours, mais on sait ce qu'on vaut maintenant, et on sait que si on continue comme on l'a déjà fait, alors on deviendra un jour médecin.

C'est presque fini !! Le mois de mars se termine dans le travail acharné et les programmes beaucoup trop ambitieux, arrive avril, avec ses révisions, ses nouvelles nuits trop courtes, ses cafés et ses soirées à la bibliothèque... Mais dehors, le temps s'éclaircit même s'il fait toujours froid, les cours de p1 tirent sur leur fin (ceux auxquels je vais, parce que je n'assiste pas beaucoup aux cours ce semestre-là...), le printemps arrive.
Sunday, October 16th, 2005
2:40 pm
mémoires de p1 au carré_février : repos et restress
arf, chers lecteurs, je crois que je vous ai laissés bien longtemps... mea culpa, je reprends, parce que quand même, je ne peux pas laisser inachevée cette année...

Février donc... avec février, reprise des cours, hélas aussi peu intéressants en moyenne que ceux du premier. Et un nouvel obstacle, la SHS... la SHS (sciences humaines et sociales), c'est un gros coeff, un gros bloc de 3 polys d'une centaine de pages chacun à joyeusement apprendre par coeurrrr, comme le reste. L'avantage, c'est que comme le poly fait référence au concours, je ne vais pas beaucoup en cours, ce qui me laisse dormir davantage. On ne rettrappe pas le sommeil qu'on a perdu depuis septembre en 10 jours de vacances... Il y a également le retour de mon Andréééé adoré, qui donne les cours de biophy, et dont la voix calme et posée me fait beaucoup d'effet...
Sinon février, c'est le mois de l'ennui et du stress. Comme lorsque j'étais primante, je n'arrive pas à bosser énormément avant les résultats (qui tombent le 16 mars cette année... *sigh*). Enfin, tout est relatif bien sûr, en p1 "ne pas beaucoup bosser" revient à bosser éh par soir environ, et 5 heures par jour de week-end. Par rapport au mois de décembre, c'est sûr que ça fait peu, mais c'est quand même pas rien. en tout cas j'ai encore l'impression de prendre du repos et recharger mes piles... Au début du mois. Car plus ça avance, plus on pense à la date fatidique (j'avais au moins 3 calendriers "J-" dont j'arrachais minutieusement les pages, je comptais les jours qui me rapprochaient des résultats. Car finalement surtout en redoublant, on se dit (bon c'est super dangereux bien sûr) "bah, pourquoi bosser comme un fou sans avoir son classement, si ça se trouve ça ne sert plus à rien de bosser..." Je pronostique tous les jours sur les notes que j'ai pu avoir, mon classement, je me souviens avoir rêvé de tous les classements possibles et inimaginables : de majore :D à 600ème... sachant qu'on est 850 à la fac, et qu'il y a 145 places. Mais les plus objectivement possible, je me vois "ric rac", genre vraiment sur le fil, entre 140 et 150 : un classement horrible, surtout pour un redoublant, parce que tout reste possible : les partiels du 2nd semestre comptent un peu plus que le 1er, donc on peut se faire shunter très facilement du classement en ratant une épreuve... Stress, quand tu nous tiens... Mais le temps avance, avance, et les résultats vont arriver dans 2 semaines...
Thursday, June 16th, 2005
11:17 pm
mémoires de p1 au carré_janvier : mais qu'y a-t-il donc au mois de janvier?
*prend la voix du Père Noël* "Hohoho!!.. Et bien en janvier, il y a le concours!"

Ahlala... Le dernier premier semestre de ma vie... Ca fait drôlement du bien de se dire ça. Du bien et bien peur aussi. Parce que forcément, maintenant que je redouble, le dernier, ça veut aussi dire que si je rate, je n'aurai plus jamais l'occasion de le recommencer et de retenter ma chance. Donc bon. Inutile de parler du stress... Pas seulement inutile, mais aussi indescriptible. Forcément, quand on joue sa vie en 2 jours, il y a de quoi angoisser pendant ces 2 jours... Angoisser est un mauvais mot, je dirais un mélange d'anxiété+peur intense+stress permanent+ apparition des symptômes de l'an dernier : soit le dégoût de la nourriture, la diminution du temps de sommeil d'un facteur presque 2, les nerfs qui lâchent à n'importe quel moment, avec ce qui accompagne : irritabilité très forte, énervement pour un rien... fallait pas m'approcher :)) et évidemment, bibliothèque, 9h-23h tous les jours. La routine habituelle des révisions, une bourre incroyable dans tout boulot, j'ai l'impression d'être incroyablement lente, de ne rien faire, mon cerveau ne retient rien, et chaque pause est minutieusement dosée, chronométrée (bon pas au chrono, mais à la minute près). Nouveau départ du Gugu, déprime en vue, je n'aurai jamais ce concours, etc, etc. Heureusement (mais comment je faisais primante... comment?!) il y a mon magicien (il manie les cartes... mais il sait aussi faire de la magie avec ses mots, ils me rendent calme mieux que n'importe quelle séance de yoga), et grâce à lui je tiens. A deux jours du concours, forcément, ça ne va pas, je pleure de partout, je n'ai rien fait, je ne sais rien.
La veille, lundi soir, énorme panique, tous les redoublants partent de la bu vers 20h histoire de dormir, me disent bonne nuit, bisous, blabla... Et j'ai fait la moitié ce que je voulais faire, donc je reste. Et là... en plein exo tout simple sur doppler, paf! le gros trou, je n'arrive plus à faire un truc élémentaire... heureusement, un D2 à côté de moi m'a dit "allez, ça suffit comme ça, va te coucher tout de suite!" et j'ai suivi son conseil, en chemin forcément gros gros craquage... Crise de larmes en revenant, et je sors à ma mère un magnifique "je ne vais pas aller au concours demain, de toute façon je vais tout rater". Heureusement la famille est là, maman a acheté des pakhlava que j'avale à travers mes larmes, je me couche vers 22h et sous le coup d'une accumulation de fatigue et de ras-le-bol, je m'endors comme un bébé, pour la première fois depuis le début des révisions.

Puis jour fatidique, 18 janvier. Chimie O, chimie G, physique. Que des matières "pas par coeur"! Ce sont les seules d'ailleurs, en chimie O, première épreuve, heureusement l'épreuve est très facile, c'est encourageant pour la suite. chimie G, moyen, j'ai été bête de ne pas aller plus vite!! Puis repas (tu parles d'un repas, je me suis forcée à avaler une moitié de sandwich et un sucre), et physique. Gasp! La physique... sujet extrêmement bizarre, c'était évident qu'il a été fait pour nous déstabiliser, changement d'unité en méca flu, sujet d'ondes space, radio j'ai même pas fini, j'y arrivais pas... par contre, heureusement, la partie méca était toute simplette, et je flippais pas mal que ça soit dur. Bon, un peu déprimée après cette épreuve quand même... Pas vraiment réussi, mais on verra.
Deuxième journée (après 2h de sommeil, mais c'est pas ma faute... Je n'arrivais absolument pas à dormir). Bioch, ça va, j'ai bien réussi, mais bon, la bioche était déjà ma matière de prédilection primante, et là ils ont simplifié de 2 fois le programme... Biocell 1 et 2, foirage, j'ai l'impression, surtout biocell 1, un sujet très bizarre, des qcm... n'importe quoi, enfin bon. Puis arrive la dernière épreuve : anat/physio... Bon ben, la physio, le sujet était incroyablement pourri tout de même, heureusement c'est un tout petit coeff, et anat. Allez, une autre matière réussie :) Avec le nombre d'heures passées à la bosser, c'était normal aussi. Sur 33 qcm, il devait y en avoir 5-6 où je n'étais pas sûre de moi sur une ou deux propositions, le reste je savais.
Et après l'anat... le contre coup, forcément. Fin du premier semestre, 1ères vacances les amis... Ca ne va pas très bien, ptit mal au coeur, et surtout une immense fatigue qui s'abat, le taux d'adrénaline ayant chuté d'un coup après le "l'épreuve est finie, posez vos stylos".
Thursday, January 27th, 2005
4:00 pm
mémoires de p1 au carré_décembre : du début des révisions au 1er de l'an...
... il y a 450 heures de travail potentielles.
Les vraies révisions, je les ai commencées le 1er décembre. Avec un planning d'enfer. Cette année, en rajoutant les TD de l'an dernier, Medisup, Epsilon et les concours blancs, il y a 2 fois plus de boulot à fournir que l'an dernier... Bien sûr, avant les jours sans cours de Noël, c'est bibli tous les jours jusqu'à 23h, histoire d'être efficace un maximum au milieu d'autres étudiants qui travaillent. Le temps va très vite - malheureusement (le temps manque toujours aux révisions) et heureusement (pour ma santé mentale). Les cours se finissent vraiment rapidement, j'ai l'impression, par rapport à l'année dernière. Ils ont voulu tout tasser cette année avant les vacances, mais en laisser tout de même un peu pour après, pendant les révisions officielles. C'est très saoûlant d'avoir des cours en janvier, surtout des cours qu'on a pas eu l'an dernier... Parce qu'on a de la physio, cette année, grâce à nos amis de la fac à côté avec qui on fusionne. C'est bien la physio, c'est une des matières les plus médicales de l'année, mais on a pas eu le cours l'année dernière, donc on morphle pour les apprendre autant que les primants...
Avec l'arrivée des "vacances" de Noël, arrive également une nouvelle pas très agréable : la bibli de la fac est fermée! Je vais donc devoir travailler chez moi. Ca va, j'arrive à bien travailler quand même, mais pas autant que je le voudrais. Je dois faire du 12 heures efficaces par jour, ce qui est quand même peu, je perds 4h par rapport à mon maximum du 2ème semestre l'an dernier, j'espère que ça ira quand même... Je dors beaucoup (je me dis que je ne devrais pas dormir autant, mais d'un autre côté je prends des forces pour tout donner au mois de janvier), 8h par jour environ. Et les 4 heures qui restent... inévitables pauses de quand je travaille à la maison : ordinateur, dîner, thé, discut. Au moins j'ai l'impression de rester humaine... Et je m'en sors quand même mieux que quand j'étais primante, pour l'efficacité et les scores approximatifs aux annales. Je me suis permis pas mal de repos pour les fêtes : pas un jour entier bien entendu, mais je suis allée passer le 24 au soir chez les parents de mon copain, et le 31 chez un ami. Ca fait drôlement du bien de voir des gens en dehors de mon cadre habituel... On a de nouveau l'impression qu'il y a un monde hors de la médecine...
Sunday, January 9th, 2005
1:58 am
mémoires de p1 au carré_novembre : retour de la non-confiance pathologique du p1!
Me vlà de retour après pas mal de temps d'absence... Sorry. J'essaierai d'être plus ponctuelle ;)
Bon ben, le mois de novembre. A la fois plein de choses à dire, et rien à dire. Rien parce que je ne fais que bosser, finalement. Et plein parce que je passe par plein d'états d'esprit aussi variés que peu réjouissants. La bibli est devenue ma maison. 23h quasiment tout le temps, le boulot s'abat sur les p1 comme une avalanche (mais prévue depuis longtemps, l'avalanche, on songer au fait que le concours, c'est dans deux mois. Bon forcément le côté positif des choses, c'est que pas mal de cours sont emmagasinés dans le cerveau déjà, surtout l'anat, j'en fais énormément cette année pour combler les lacunes de l'an dernier. Et je commence même à aimer ça... C'est dire si la p1 rend barjo. Les points négatifs, yen a plein : les primants commencent à devenir forts, à réussir à prendre normalement les cours et à tout comprendre. Et j'ai l'impression, malgré mon classement de l'an dernier, que certains doublants connaissent leurs cours bien mieux que moi, ce qui m'inquiète... beaucoup. Il y a aussi la fatigue. L'anat vendredi matin c'est à 8h (n'importe quoi, comme si on était pas assez crevés comme ça déjà), ce qui me fait me lever à 6h... Le froid aussi, c'est déprimant. Et puis, quand je sors pour la fac le matin il fait encore nuit, quand je rentre le soir il fait nuit depuis longtemps, je ne vois jamais le soleil.
Bon, les résultats du premier concours blanc d'Epsilon (la prépa) sont quand même bien encourageants, j'ai tapé le 15.5 en physique. d'ailleurs je ne sais toujours pas comment j'ai fait, je pensais avoir 8 ou 9...
Allez je retourne boulotter moi. Aujourd'hui, à une semaine et demie du concours, j'ai décidé de tester un truc : travailler de minuit à 22h, en faisant 3 ou 4 pauses. On verra bien si ça marche, mais ces derniers temps j'ai pas du tout envie de dormir...
Saturday, November 20th, 2004
9:32 pm
mémoires de p1 au carré_octobre : ah la joie du retour au travail...
Et voilà, le mois d'octobre déjà...
Et avec octobre, arrivent le début des TD et la suite des cours en amphi. J'ai très notablement accéléré le rythme, c'est impressionnant à quel point je suis plus efficace maintenant, je peux travailler des heures et des heures à la suite à la bibli sans être trop fatiguée et en restant concentrée... J'ai l'impression en tout cas de travailler bien plus que primante, ce qui est plutôt positif... Le programme a malheureuseument beaucoup changé quand même, ils doivent être contents, les primants sont encore pluys privilégiés cette année que les précedentes... Et ils bossent, les primants. Beaucoup sont vraiment coinced (pas tous, bien sûr, certains sont vraiment sympas) mais ils bossent tout de suite et comme des fous... J'ai vite fait d'occuper la bu jusqu'à 23, en fait. Je fais des programmes très ambitieux toutes les semaines, donc pour les tenir j'ai intérêt de rester tous les soirs à la fac...
Je suis bien plus épanouie, aussi. Je me sens bien je suis plutôt sereine, et j'ai plus confiance en moi que l'année passée. Je sais bien que j'en suis capable... Enfin, j'arrive à m'en persuader mieux que l'année dernière en tout cas.
Le premier coup de blues est arrivé, aussi, fatalement, vers mi-octobre. Je venais d'avoir un cours à Epsilon (la prépa) sur la méca en énergie, que nous n'avions pas l'an dernier, mais cette année ils ont eu la bonne idée de nous faire changer de prof et le nouveau ADORE la méca avec les équa diff que les redoublants ont forcément oubliées, etc... Bref je n'avais rien compris en cours, les jours raccourcissaient, il faisait plus froid, j'avais pris un peu de retard et la fatigue commençait à pointer le bout de son nez à cause des réveils trop tôt. Bref, petite crise de pas confiance en soi, je vais rater le concours, tout le monde y arrive et pas moi, argh argh. Heureusement que les amis sont là pour le réconfort... Et mon copain surtout... D'ailleurs pour ceux qui auraient peur de la vie de couple en p1 : l'an dernier pas d'amoureux, et les coups de blues je les gérais comme je pouvais toute seule. Cette année, incomparable : presque pas de déprime, la rassurance, la tendresse sont toujours là, et c'est merveilleux. Alors qu'on ne dise pas que couple et p1 ne s'accordent pas!! On verra aux résultats bien sûr, mais j'arrive très bien à bosser et ne pas trop sortir cette année, au moins autant que l'année dernière sinon plus! Et on n'est pas obnubilé par le concours aussi! On a plein d'autres choses bien plus agréables dans la tête! :)

Mais comme dirait l'autre, un Mars et ça repart, et c'est reparti de plus belle 2 jours après. En anat on a commencé les merveilleux cours de la tout aussi merveilleuse Mme Vitte. C'est un vrai plaisir d'aller en anat, même si je dois me lever vendredi matin à 6h...
Par contre la biocell... On a changé de prof aussi, et celui-là est horrible, il n'explique rien, balance des notions dont les primants ne peuvent pas avoir entendu parler et son cours est un tas de schémas avec rien dessus, au final. Heureusement que j'ai mon cours de l'année dernière et que je l'ai revu, parce que les primants, les pauvres, morphlent comme des fous... J'en ai vu 40 après les cours, entassés devant le rayon des bouquins de bio cell à la recherche du bouquin miracle qui correspond à peu près au programme et qui leur expliquera tout... Ils ont de l'espoir, les jeunes... J'en ai pris certains "sous mon aile" : on reprend le cours ensemble, je leur explique, je leur donne des conseils sur la façon d'apprendre telle ou telle matière ou de préparer les TD... C'est rigolo, on dirait que je suis leur grande soeur. Ou une assistante sociale, aussi. Parfois ils viennent complètement en panique, "mais je n'y arriverai jamais, c'est trop dur, l'anat c'est impossible à apprendre tout...". Lol. Ils ont eu la partie la plus facile pour le moment, zont pas vu Lazennec encore!! Et ses deux derniers cours tombent le 6 et 7 janvier, 10 jours avant le concorus! La moitié du membre inf 10 jours avant! :D :D C'est autant ça de gagné pour nous, parce que c'est impossible à assimiler, il faut réviser autre chose aussi! C'est peut-être la seule matière où nous sommes plus ou moins avantagés, alors autant profiter et maîtriser le cours de Lazennec tout de suite! D'ailleurs l'anat, j'en fais... Beaucoup. Au moins 2-3 h par soir. C'est ce qui m'a fait rater l'an dernier, je ne veux surtout pas que ça soit un handicap cette année! Et ça va, les cours reviennent en mémoire assez rapidement, et surtout je les comprends et je visualise... La bioch c'est étonnant aussi, on a fait une grosse partie sur les protéines qui n'était pas au programme l'an dernier, et j'ai assimilé ssez facilement. C'est peut-être ça aussi, l'avantage du redoublant qui a travaillé primant. Son cerveau s'est adapté, on a pris des méthodes de travail efficaces et tout nous paraît plus simple maintenant, même les cours qu'on a pas fait... Et il y a l'avance qu'on a prise, aussi. Je n'ai plus 2 semaines de retard comme primante, j'en ai 3 d'avance, et ça rassure drôlement... Malheureusement, comme je vous décrirai le mois prochain, l'avance s'estompe de jour en jour et le doute prend le dessus...
Monday, November 1st, 2004
9:59 pm
mémoires de p1 au carré_septembre : pré-rentrée, rentrée et autres réjouissances en série...
C'est devant une foule de lecteurs en délire que je fais enfin ma rentrée livejournalesque : ouaiiis j'ai récupéré Internet!! Il faut dire que pour x raisons nous n'avons pas eu l'ordinateur chez nous pendant un mois, donc pas de possibilité de mettre en ligne mes palpitantes aventures... Heureusement je tiens toujours mon journal manuscrit et je vais vous faire la retranscription des moments les plus intéressants ici. C'est reparti donc...

Pré-rentrée : 2 semaines à la bibli, tous les jours. Heureusement elle ne ferme qu'à 17h30, ce qui ne me fait pas culpabiliser de ne pas rester jusqu'à 23h. J'ai recopié tous mes cours d'anat au propre, en me les remémorant un peu au passage. Ca fait vraiment plaisir de se rendre compte, que ce soit pour l'anat ou le reste, que je me souviens à peu près du gros de la matière. J'ai refait (en survolant un peu bien sûr, mais en me remettant bien tout en mémoire) le programme du 1er semestre, en faisant qques fiches et qques TD au passage. Les primants n'ont qu'à bien se tenir! :)) Niarkk! Mais j'y vais vraiment en douceur, quand même, me stresser avant la rentrée n'est pas bien utile... J'en profite aussi pour aller à plein de soirées, décompresser, relire mes bouquins préférés, faire le plein, quoi. Petit coup de blues tout de même tous les jours en voyant les p2 sortir de l'hôpital (ils ont stage infirmier ce mois-ci) quand je vais à la bu... Bref. Je me fais aussi un peu mal en lisant leurs réactions de stage sur un forum médical. Mais bon, l'année prochaine je serai comme eux! :p

20 septembre : la rentrée. Dans le journal de l'année précédente vous avez eu le droit à la description de l'ambiance quand j'étais primante. Cette année, je suis redoublante, et c'est MOI qui chante les chansons, qui mets un peu d'ambiance et qui décoince les primants! C'est rigolo de se retrouver dans cette position là et de changer de mentalité d'un coup!
D'ailleurs, petite remarque qui a son importance : vous me verrez sûrement dire des choses pas toujours gentilles sur les primants, et même avoir un espèce de sentiment négatif envers eux : ne m'en tenez pas rigueur. Je suis redoublante maintenant, et si je n'ai pas le concours cette année, je ne l'aurai jamais. C'est normal qu'on considère un peu que les primants viennent nous "piquer" nos places : eux ont encore une 2ème chance... Mais ces remarques, jamais je neles pense vraiment, en fait : primante, je voulais absolument passer, et évidemment tout le monde le veut et les plus bosseurs le méritent tous, primants ou redoublants... D'ailleurs comme vous le verrez par la suite il est possible de "bizuter" les primants et de se soutenir entre redoublants sans pour autant avoir l'esprit concours : demandez donc à tous les primants que j'aide si je ne suis pas sympa avec eux...

Bref, revenons à nos moutons, la rentrée. Changement de programme tout de même assez conséquent, hélas. Beaucoup de profs ont changé, les polys aussi, la biocell, la bioch, le nombre d'heures d'anat a diminué, tout ça à cause de la fusion avec Saint-Antoine (c'est nous qui nous sommes pris tous les changements dans la figure). En plus de la volonté de tous les profs d'avantager les primants (ce que personne ne nie d'ailleurs), ça ne nous fait pas que des bonnes nouvelles... Je me console quand même en me disant que parmi les redoublants, c'est moi qui ais le moins à m'en faire au vu de mon classement l'an dernier : 6ème primante recalée je crois (et 10ème recalée en tout). Nous sommes 870 cette année, 740 l'année dernière : ça fait 130 concurrents de plus, et autant de places en moins dans les amphis. Les escaliers de ceux-ci sont donc maintenant régulièrement occupés, c'est du n'importe quoi, et les primants sont tellement stressés cette année qu'ils viennent 45 mn avant le début du cours pour prendre les places, ce qui est particulièrement débile. L'an dernier j'étais une des premières à arriver et je venais 20 mn avant le début des cours, ça suffisait largement... Cette année, c'est donc encore ça de temps de sommeil en moins. Je squatte la bu tous les jours aussi maintenant (mais pas encore jusqu'à 23h), contrairement à l'an dernier où je rentrais parfois bosser chez moi. J'ai la nette impression de bosser plus cette année que l'année dernière, alors qu'en nombre d'heures ça doit faire la même chose : c'est cool, je suis plus efficace, je prends de l'avance partout dans toutes les matières, mais je console les primants apeurés et déjà stressés, les pauvres. Pour l'instant, j'ai quasiment du plaisir à bosser, parce que je me rends compte que j'ai plein d'avance et j'adore cette sensation... Mais il va falloir bientôt accélerer le rythme, je le sens...
Monday, September 6th, 2004
9:18 pm
mémoires de p1 au carré : stressée moi? :-)
Bon ben, des nouvelles fraîches... (et mauvaises, accessoirement)
Alors, aujourd'hui, pré-rentrée pour moi, retour dans ma bu adorée... Que dire, c'est dur dur, tout de même. D'abord parce que bien qu'on se prépare à redoubler, bien qu'on soit rodé, bien qu'on ait ravalé sa frustration, le résultat quand on marche dans le couloir menant à la bibli est le même : les yeux qui piquent. C'est étonnant, j'ai fait ce chemin tellement de fois, ça en était devenu automatique, et là, c'est comme si je redécouvrais totalement cette ambiance particulière de la fac... Bon, il y a des carrés aussi stressés que moi qui bossent déjà comme des fous. D'ailleurs, ils le sont, fous. Ils vont se crever avant la rentrée et jamais ils ne tiendront le rythme (bon, je dis ça pour me rassurer en fait, parce que quand je les vois qui bossent depuis août je culpabilise). Sinon, autre impression bizarre : voir les gens de l'année dernière en stage infirmier. Rhhaa, j'ai beau le nier, je ne peux m'empêcher d'être un peu jalouse... Pas une jalousie méchante genre "j'aurais voulu qu'ils ratent, j'aurais voulu chopper leur place" mais plutôt du type "j'aurais bien voulu être avec eux..." Enfin, ça dégoûte quand même. Ca dégoûte d'autant plus qu'il y a, d'abord le changement de programme, et ensuite LA mauvaise nouvelle du jour : on va être 920 étudiants cette année. 920 alors qu'on était 740 l'an dernier. La lose. Ils vont sûrement ouvrir un 3ème amphi, histoire que les nôtres ne soient pas surchargés... Ca m'a déprimé cette nouvelle, vraiment. J'ai beau être l'une des meilleures classées carrées, ben j'ai quand même un gros stress du coup, 200 étudiants en plus c'est énorme, surtout que le numérus va augmenter de quoi, une dizaine de places peut-être. Enfin, je vais travailler à fond, c'est la dernière année que je passe en p1, c'est certain :), donc autant tout donner. Je l'aurai ce fichu concours!! Ah mais!!
Bon, une bonne nouvelle quand même, j'ai repris des cours d'anat, et ça va, j'arrive à me souvenir de pas mal de trucs en recopiant, ce qui fait bien plaisir. Je ne sais même pas comment, mais le fait que les artères gastroépiploïques droite et gauche qui vascularisaient la grande courbure, c'est revenu tout seul. :) Et puis, j'ai photocopié les cours de biocell et physio d'un redoublant de SA (la fac avec qui on fusionne), et finalement en biocell on a fait pas mal de trucs qu'ils ont fait aussi, je croyais que ça changerait entièrement, en fait pas tant que ça.
Bon, j'attends ma carte d'étudiant (c'est le bordel à la scola, comme d'hab) de pied ferme. Je suis dans la même section que l'an dernier, la B, c'est la plus belle et la meilleure de toutes les sections... En plus on a le plus bel amphi, tout bleu, ouaiiiiiiiiiis! Bon j'arrête, je commence à craquer.
A dans 2 semaines!
Thursday, September 2nd, 2004
4:24 pm
mémoires de p1 au carré!! c'est reparti pour une année de folie!
Ah, bonjour à tous mes lecteurs adorés!! Me voilà revenue de vacances (géniales, accessoirement), mais je vous les raconterai un autre jour, pour l'instant je me reconcentre sur le but premier de ce livejournal : écrire sur ma vie en p1! Et ce ne sera plus du mois par mois, non, ça sera du live, semaine par semaine bande de petits veinards! :))
Comme vous devez le savoir je redouble (je me suis assez lamentée ici :p), et comme les "mémoires de p1" ont apparemment plu à pas mal d'entre vous je rembarque pour une année de souvenirs palpitants! On est donc le 2, ma rentrée est le 20, mais entre temps, à partir du 6 septembre exactement, je commence à travailler. Tout doucement hein, histoire de pas trop me fatiguer au début, qqch comme 4h par jour, à la bibli de la fac. J'ai ressorti avec un peu d'amertume les 3 cartons du 1er semestre contenant mes cours et autres réjouissances (annales, td, qcm, exos et concours blancs de medisup, bouquins d'exos), ce qui a bien rempli ma chambre. Bah, je me dis que quoi qu'il arrive, c'est la dernière fois que je sors ces cours, ce qui est encourageant (j'aime paaaaaas l'anat!).
Questions inquiètes de rentrée : - mais quand est ce que je vais recevoir ce foutu dossier d'inscription? j'ai coché une mauvaise case ou quoi??
- à quel point le programme a changé entre Saint Antoine (SA) et Pitié à cause de la fusion? est ce que je vais arriver à récupérer les cours d'un carré de SA pour voir un peu ce qu'ils ont fait de différent par rapport à nous?
- est-ce que je vais passer en p2? (question sans aucune importance que celle-là bien sûr, mais j'ai l'impression que je vais souvent me la poser cette année)
- est ce que le Crous est toujours aussi dég? (remarquez, pour celle là j'ai la réponse)
- mais est-ce que je vais passer en p2??


Bienvenue dans mes "mémoires de p1 au carré"! (j'avais pensé à appeler ces nouvelles "mémoires" "la vie d'une étudiante absolument pas stressée pour son concours et confiante quant à son avenir dans le milieu médical", mais ça faisait trop long)
Thursday, July 1st, 2004
7:59 pm
mémoires de p1_1er juillet : les choix.
Voilou, cette fois c'est sûr, je redouble. Malgré tout ces deux journées (29 et 30 juin) étaient de transit, car on a le classement, mais on n'a pas coché la case définitive "passage en p2" ou "redoublement". Car un infime doute subsistait : et si une vingtaine de personnes classées en médecine décidaient de finalement choisir dentaire, kiné ou sage-femme? J'explique le principe, en fait : les 129 premiers sont classés en médecine, d'accord. Mais il y a d'autres spécialités médicales pour lesquelles il faut passer par le concours de 1ère année de méd : dentaire, kiné, sage-femme. En fait après les 129 de médecine, il y a 15 places en dentaire, 15 places en sage-femme et 12 en kiné. Et il y a 10 étrangers classés aussi, donc ça fait 139 pris en médecine en fait. Et le truc, c'est que ceux qui sont classés en médecine, peuvent choisir de faire médecine ou dentaire ou sage femme ou kiné. Et il y a des gens comme ça, qui sont dans les 129 premiers mais qui choisissent autre chose que médecine (dentaire par exemple, les études sont moins longues, bien payées, pas d'internat, etc.). Cela "décale" donc le nombre d'acceptés en médecine d'une place en plus, puisqu'il y en a un en mois passant en 2ème année de médecine. Dans certaines facs ce nombre de "désistements" monte jusqu'à 20 parfois, mais dans notre fac bien sûr, en général c'est de l'ordre de 5-6. Bref, si on croit au miracle, mais je n'y croyais absolument pas, s'il y avait 17 désistements je passais quand même en médecine. Et finalement, des désistements, il y en a eu 6, donc le 145ème a eu médecine aussi... Voilà, donc je rate médecine à 10 places près et à 4,32 points. Dégoûtée moi? Naaaaaan Jamais!! :D Ma main a quand même un peu tremblé quand j'ai coché la case "redoublement" alors qu'on me proposait "dentaire"... C'est étrange car c'est vraiment un choix tellement important pour ma vie, si ça se trouve l'an prochain je ne serai même pas classée et je n'aurai rien, ni dentaire, ni kiné, ni sf... C'est donc officiel maintenant... Snif...
Bon, mes notes, quand même :
histoire de la médecine : 21/30, bien, je suis contente
santé pub : 18/30, pas mal, je m'attendais à ce qu'on m'enlève plein de points avec prévalence et incidence et en fait pas du tout.
psycho : 16.5/30 là par contre je suis très étonnée, je pensais avoir très bien réussi la psycho, je suis même allée voir ma copie.
histo/embryo : 24,75/40 : je suis vraiment contente de moi, j'avais beaucoup bossé l'embryo.
bio dev 2 : 9.90/20 : hm, ce n'est pas très bon, je m'attendais à un petit peu mieux
génét : 14.67/20 : pas de surprise, c'est la note que j'avais d'habitude aux annales et concours blancs
biostat : 7.20/20 : :D et oui, comme prévu, complètement raté, mais je le savais :))
et enfin, biophy : 25/40, je suis vraiment contente en biophy, je croyais avoir vraiment foiré!!

Voilà, en tout ça me fait 248.27 points, soit 11.02 de moyenne. Gloups.
Allez, je vais me ressourcer pendant les vacances, et je suis super motivée, l'an prochain j'essaye de viser haut malgré le gros changement de programme dû à la fusion.
A l'année prochaine donc, mes chers lecteurs! :p Je me suis beaucoup amusée à taper ce journal et à recevoir vos commentaires, surtout n'hésitez pas à en faire en bas des textes en appuyant sur "comment on this". ;) L'an prochain, je l'écrirai "en direct", semaine par semaine au lieu de mois après mois. :)
Bonnes vacances à tous! A la rentrée!
Tuesday, June 29th, 2004
4:37 pm
mémoires de p1_29 juin (suite) : resultats.
Voilà, je les ai eus, ces résultats.
Je suis 155. Avec les étrangers, ils en prennent 138, et avec les désistements, ils finiront par en prendre 145 je pense. Donc je ne passe pas en p2 à 10 places près. Je n'ai donc pas eu médecine. Bon, là, j'ai encore un peu de mal à avaler. Limite, j'aurais préféré être classée dans les 200, ça m'aurait moins saoûlé. Le rater de si peu, c'est quand même quelque chose à vivre. Je me répète sans arrêt que je l'ai raté de 5 points sur 450, ce n'est pas facile. Mais je n'ai aucun regret, vraiment. J'ai travaillé tout ce que je pouvais, j'ai donné tout ce que j'avais. Je n'ai vraiment pas eu de chance avec les sujets du concours. Heureusement tous les redoublants, notamment une fille qui était dans la même situation que moi l'an dernier, étaient là pour me dire que l'an prochain j'allais l'avoir les mains dans les poches. Ca fait vraiment du bien d'entendre ça. Surtout que cette fille est classée 2ème cette année...
Enfin, c'est reparti pour une deuxième année de bonheur, de stress, de travail, de manque de sommeil, de cafés, de déprime, de pression : une année de p1, quoi.
Bon, je remettrai sûrement quelques commentaires lorsque j'aurai avalé la pilule, là c'est vraiment des remarques à chaud.
11:33 am
mémoires de p1_29 juin : cette fois c'est vraiment la fin...
Voilà, un dernier petit message dans ce journal avant de partir à l'abattoir... Dites, ça vous apprendra un truc, que je suis stressée en ce moment? Je ne me sens vraiment pas bien. En tout cas j'ai imaginé tous les scénarios possibles dans ma tête, je me suis préparée à tout. Comme dit ma mère, je suis moralement prête à redoubler, il y aura bien sûr une certaine déception, mais pas du tout de surprise. J'espère au moins que je ne vais pas tomber dans les pommes au moment de regarder... Je fais des exercices de respiration en même temps que j'écris. Dans une heure, je pars pour la fac, ça y est, alea jacta est... Wow, je fais des beaux mots maintenant.
Allez, ça suffit comme ça, de toute façon je n'arriverai pas à dire quelque chose d'intéressant à un moment pareil.
A tout à l'heure... Je viendrai poster mes résultats ici. Enfin je pense.
Monday, June 28th, 2004
12:07 pm
mémoires de p1_fin mai, juin : aaaaaaaaaaaah les vacances...
Les vacances... Même si elles arrivent tôt, objectivement (le 19 mai!), j'ai l'impression que ça fait une éternité que je suis en p1 et qu'elles ont été bien longues à arriver... Et méritées aussi.
D'abord, premier gros point positif : je dors autant que je veux. C'est-à-dire beaucoup, beaucoup... Pour rattrapper tout le retard de sommeil accumulé ces derniers mois et surtout ces dernières semaines, il en faut beaucoup... Je passe de merveilleuses nuits de 12, 13h tous les jours, je me lève à midi. J'ai mis le reste du Guronsan au fond d'un vieux tiroir. Les cafés, c'est fini aussi, tout est fini, je dors...
Et sinon je respecte très bien le programme que je m'étais mentalement imaginé pendant le concours. Il peut se résumer en 2 mots : Glander et Sortir. Je passe des heures sur Internet sur les forums (Lady Oscaaar en général :)) ou à chercher des sites qui m'intéressent. Et j'ai cette merveilleuse sensation de ne pas me sentir coupable pour un sou de flâner comme ça... Je vais au cinéma aussi, rattrapper tous les films que je n'avais pas pu voir (because concours), je vois des amis que je n'avais pas vu depuis très longtemps (because concours). La fac a organisé une soirée Pitié aussi, qui était géniale et Open bar (enfin ça c'était moins génial). C'est étrange, j'ai vraiment l'impression de revivre...
Les repas aussi. Je recommence à redécouvrir les joies de la nourriture cuisinée. Et enfin, pardonnez ma délicatesse, je ne redonne plus tous mes repas, ce qui m'était arrivé de plus en plus fréquemment les deux dernières semaines. Vous voulez perdre des kilos? Venez en p1! C'est mieux que n'importe quel régime! Enfin, je dis ça, j'ai quand même pris 3 kilos depuis septembre (le poids de la connaissance sans doute...), qu'il va falloir gentiment perdre avant l'été. Je reviens à la danse où je n'étais pas souvent allée ce dernier mois.
Tiens, j'ai relu ce que j'avais écrit (dans mon journal manuscrit) pendant l'année, je vous en mets deux extraits qui m'ont bien fait rire : "La scolarité est ouverte tous les jours du lundi au vendredi de 13h30 à 16h45, sauf les jeudis. Forcément, ça ferait vraiment vraiment trop de dur labeur s'ils travaillaient jeudi, aussi..." et en mai : "je ne comprends pas pourquoi les journées n'ont que 24h. Je pense qu'il faudrait refaire le système de mesure du temps, et faire des jours de 26h au moins, je ne vois pas qui ça gênerait! Tout le monde dormirait plus, et moi je passerai deux heures à travailler en plus chaque jour!" Le pire dans cette dernière phrase, c'est que je ne me souviens plus si je plaisantais vraiment en écrivant ça ou pas. :))
J'arrive à ne pas penser aux résultats aussi, ce qui peut paraître exceptionnel pour une grande stressée comme moi. :) En fait en sortant du concours, après ma petite euphorie des Tuileries, je me suis dit qu'il fallait que je profite à fond de ces vacances parce que j'allais peut-être (sûrement) redoubler, donc que les mois de juillet et août n'allaient pas être totalement insouciants. Alors, je me suis mis une "barrière psychologique" : ne pas penser aux résultats avant un mois, soit jusqu'au 19 juin. Et étrangement, j'ai à peu près réussi à faire abstraction du concours jusqu'à mi-juin, je m'en étonne toujours. Peut-être parce que je suis primante et que je me dis que j'ai tout de même une deuxième chance... En revanche vers le 16, les résultats sont revenus en force bien sûr. Pas de répit en p1, même quand vous avez l'impression que c'est fini, ce n'est pas fini... Et voici voilà le retour des insomnies, des crises de larmes, des maux de ventre... Youpi. Au moins, je ne travaille pas en même temps, c'est déjà ça. Je ne vais plus sur Remede (le forum médical où j'allais tout le temps) parce qu'il y a un sujet sur les résultats du concours pour les facs qui les ont déjà eus. Et il n'y a que des messages genre "je l'ai eu je passe en p2 c'est géniaaaaaal" et ça me déprime. A croire qu'il n'y a que des étudiants qui ont réussi alors que je suis persuadée de rater... Tout le monde a beau me dire que c'est normal que seuls les étudiants qui ont réussi postent dans ce sujet (ben oui si tu as raté tu vas pas t'afficher, tu pleures déjà bien assez comme ça), c'est encore plus angoissant.
C'est bizarre parce que je suis de nouveau crevée, et j'ai beau prendre des trucs pour dormir (pas des choses chimiques, que des plantes genre valériane et aubépine, rassurez-vous! Je ne suis pas assez folle pour prendre des somnifs à mon âge...), je me retourne sans cesse dans mon lit et je finis par m'endormir vers 3-4h du matin. Pour chasser le stress tous les moyens sont bons, j'écris des nouvelles ou des fics sur Oscar, je prépare ma valise, je fais des courses (ça c'est c'est bien pour chasser le stress, mais pas pour le porte-monnaie...). D'ailleurs je crois que j'ai contracté la fièvre acheteuse, après avoir refoulé en moi l'envie d'aller acheter des vêtements pendant cette année. :))
J'avais oublié d'en parler, mais bien sûr, comme toujours quand j'arrive dans une nouvelle année, de gros changements sont prévus. Au collège tous les ans on se tapait le nouveau programme, au lycée on devait acheter les bouquins de cours sans pouvoir les revendre, il y a eu le bac de maths aussi. Et l'an prochain, on fusionne avec Saint-Antoine, la fac d'à côté, et on aura donc un programme commun avec eux. Inutile de dire qu'il y aura un intense changement de programme, et que donc être redoublant aura beaucoup moins d'avantages que cette année, par exemple! Tous les ans les redoublants connaissent quasiment tout le programme (il ne change pratiquement pas d'une année sur l'autre en général), ils peuvent donc travailler un peu l'anat en septembre, réviser, se remettre dans le bain, pas mal de ce qu'ils ont appris primants reste encore dans leur cerveau! C'est un avantage indéniable! Or l'an prochain, les nouveautés du programme seront telles qu'on ne connaîtra presque rien! Argh mais pourquoi je suis née en 85!! Je suis sûre que je porte la poisse! Enfin, ça me donne une raison de plus de vouloir passer à tout prix primante...
Voilà, vous savez tout, maintenant, de mon année de p1. Les résultats sont demain, je passerai ici écrire un petit quelque chose avant de partir à l'abattoir... Mais quelque part, je ne peux pas être déçue, parce que je me suis mis dans la tête que j'allais redoubler, et objectivement je pense que ça sera le cas. Mais ma méthode de travail, tout ce que j'ai appris pendant cette année, va me servir et j'aurai pas mal d'avance sur les primants qui n'ont rien fait cette année et sur les futurs primants qui arriveront. Et puis, il paraît que c'est pas si mal, être carré, tu es au fond de l'amphi, tu balances des avions, tout le monde te soutient, il y a une bonne ambiance. Je préfèrerais quand même passer en p2 bien sûr... ;)
Thursday, June 24th, 2004
1:01 pm
Mémoires de p1_mai : mais quel titre donner? (suite... et fin)
Voilà, ça fait tout bizarre de mettre ça en ligne... L'année universitaire se finit... Petit résumé de toutes ces "mémoires" : quelle année de MERDE!!!!!!!!! Fin du résumé.
Le concours donc. Voilà, le 18 mai est arrivé, il faut y aller. Dans le train bien sûr, dernières révisions, derniers détails à rerererelire, au cas où. Dans la nuit du 17 au 18, inutile de dire que j'ai dormi... très peu, malgré toute la bonne volonté du monde! Mais je me suis réveillée sans aucun problème, bondi hors du lit comme sur des ressorts.
1ère épreuve, SHS. Psycho, ça s'est bien passé, j'ai répondu aux 8 questions et j'ai trouvé des réponses à tout (enfin, je me suis évidemment planté sur une réponse stupide... mais bon...). Santé pub. 2 questions, inutile de dire qu'il faut les réussir toutes les deux... La première est longue et me paraît vraiment toute simple. La deuxième est bizarre, mais bon, j'ai blablaté un peu, et tout le monde l'a trouvée bizarre. Et évidemment, je trouve le moyen d'inverser les deux notions fondamentales dans la 1ère question, à savoir prévalence et incidence, et je m'en suis rendue compte dans les secondes qui ont suivi la fin du temps de l'épreuve... Mais qu'est ce qui m'a pris?? D'où énorme coup de déprime, parce que les SHS c'est super important et la santé pub je l'avais énormément bossé, pour me planter à ce point... Si ça se trouve, je n'aurai pas le concours à cause de cette matière pourrie... Histoire de la médecine, le prof (qui fait les sujets!) avait dit qu'on aurait une grande question, on en a eu plusieurs, mais je crois m'en être à peu près sortie quand même, j'aimais bien l'histoire de la médecine.
Mais, il faut continuer, même avec ce monumental ratage de santé pub (qui va me faire redoubler)... Génétique. Ca a été, mais c'était très rapide!! On avait 30 questions à faire en 35 minutes!! J'ai tout coché, mais à la fin c'était un peu trop approximatif!
Ensuite, déjeuner. Inutile de dire que je n'ai rien réussi à avaler à part un morceau de sucre... On fait de gros efforts sur soi-même pour ne pas aller vérifier dans les polys si on a répondu bon à telle question le matin, parce que c'est bien tentant quand on a le doute... Et on essaye de ne pas comparer ce qu'on a trouvé aussi... Et on révise les épreuves de l'aprem!!
Aprem, biostats. Incroyable foirage de ma part, c'est LA matière qui a fini de me déprimer. Normalement je sais bien que tout le monde rate les stats, mais à ce point-là, c'est dur. J'ai trouvé n'importe quoi au test, qu'on est censé réussir quand même... Bref, le redoublement prend forme de plus en plus dans mon esprit... :((
Enfin, bio dev. Bon, ça a à peu près été, à part une question.

Je rentre chez moi le soir, épuisée par cette journée. J'avale un nombre honteux de Guronsans, je bois 3 cafés. C'est la dernière journée de travail, il faut TOUT donner maintenant, ce n'est pas grave si je suis fatiguée puisque demain c'est fini!! La soirée a été... horrible. A la gestion du stress, de la fatigue et des polys d'histo-embryo à ravaler une dernière fois, s'ajoute un étrange sentiment que de toute façon, ça ne sert à rien ce que je suis en train de faire, puisque de toute façon je vais redoubler... C'est la première fois de ce semestre que ça m'arrive de perdre courage comme ça, heureusement au moins que ça m'arrive le dernier jour, mais franchement ce n'est pas le bon moment quand même... Enfin, il faut se ressaisir. Se ressaisir et faire ce que je fais depuis septembre sans relâche : travailler. Je ne sais même plus à quelle heure j'ai fini de relire les polys et de refaire tous les TD de biophy. J'étais un vrai zombie, (ma soeur a pris une photo de moi à ce moment, je la mettrai en ligne un jour, vous verrez dans quel état j'étais) et vraiment proche de l'état de dépression et de la crise de nerfs. Je pense que j'ai dû me coucher vers 4h, et encore, je n'ai pas réussi à dormir plus d'une heure... Et pourtant le lendemain idem, je me suis levée sans problème, et pendant les épreuves je ne sentais même pas la fatigue!
Histo-embryo d'abord. Il y a 60 QCM, et j'ai intérêt à avoir réussi... Enfin, j'ai vraiment beaucoup travaillé cette matière, j'espère que je rattrapperai un peu les stats et la santé pub avec.
Puis biophy. Dernière matière, dernière 1h30 de travail dans l'année. C'est exactement les mêmes thèmes que l'année dernière!! Equilibre hydrosodé (avec déplétion potassique cette année, je pense avoir foiré), équilibre acido-basique, je ne sais pas comment ça s'est passé, et un truc de géométrie dans l'épreuve d'André... J'ai la légère impression d'avoir bisouillé certaines réponses, vu que ce sont des QCM... 3ème épreuve que j'ai la sensation d'avoir raté...
Fin de l'heure et demie de biophy, retentit le "levez-vous, l'épreuve est finie". J'ai les jambes qui tremblent de partout, j'échange des regards avec les gens autour de moi. J'ai l'impression d'être passée, soudain, dans un autre monde, vraiment... Un monde sans la médecine, sans le travail... On ramasse ma copie en dernier (je suis presque tout devant). Aurengo, le responsable de la p1, dit quelque chose comme "bravo, l'année universitaire est finie, vous êtes en vacances bien méritées", mais je ne comprends pas tout. J'ai les oreilles qui bourdonnent et qui sonnent en même temps, je m'attendais à une explosion de joie et de larmes, et rien, une sorte de torpeur gagne la salle. J'en suis presque déçue... J'échange quelques mots, on sort, on se souhaite bonne chance, quelques redoublants pleurent. Je vais vers le métro, complètement abrutie, je prends le journal de la fac et je le lis vaguement... J'avais tellement rêvé de ce moment, depuis si longtemps, de la façon dont je le vivrais, et là c'est tellement étrange, je n'ai envie de rien, je ne ressens rien... Je pensais courir chez moi le plus vite possible, jeter mon sac par terre, mettre ce satané Guronsan à la poubelle, et me précipiter sur mon lit pour dormir... Mais bizarrement je laisse passer ma station de métro et je descends à Pyramides. Je marche, je lis le journal, je commande un CD dans une librairie japonaise, je m'assois à côté d'une fontaine, je remarche... Je finis par arriver aux Tuileries, et comme il fait chaud, je m'assois à côté d'un truc qui donne de l'eau. Et là, enfin, le déclic. J'éclate complètement en sanglots, je ris, je pleure en même temps, tout le stress accumulé pendant ces longs mois redescend. J'ai les jambes qui tremblent comme des feuilles, la tête complètement sonnée, ça y est, les émotons humaines reviennent!! Je sens tout à coup que j'ai super sommeil et super faim! Enfin je vais pouvoir manger sans (pardonnez ma délicatesse) redonner mes repas!! Et bien sûr, dans un tel moment, j'ai envie que tout le monde profite de ce que je ressens! Quelle générosité! Alors je jette mon sac, je m'en fous si on me le vole ya que des polys dedans!! Et je vais au beau milieu de la place de sable, je tourne sur moi-même les bras écartés en riant jusqu'à avoir le vertige... Je sais que j'ai dû me taper une affiche monumentale, et j'ai vraiment honte de moi maintenant. Mais il faut me comprendre, j'avais vraiment l'impression d'être ivre à ce moment-là. Complètement bourrée... C'est la première fois de ma vie où je me foutais entièrement du regard des gens, de ce qu'ils pouvaient penser de ma conduite. Bon, j'ai quand même fini par partir de ce lieu magique, le cerveau et l'estomac criant famine... Et j'ai réussi à manger un sandwich! Ca me manquait!
Dans le métro du retour, une autre sensation d'ivresse. Je sortais mon poly d'histo toutes les 3mn, inconsciemment, parce que j'avais "acquis" un réflexe :)) : il faut toujours avoir un poly dans les mains dans le train pour réviser! Et à peine j'ouvrais consciencieusement ce poly pour réviser, je me rendais compte que non, c'était bien fini!! Et je le rangeais dans le sac avec délectation, pour le ressortir quelques minutes plus tard encore... C'était si étrange, ce sentiment de liberté...
J'arrive chez moi, enfin. Je voulais ranger mes cours et téléphoner avant de dormir, mais le sommeil a eu raison de moi. A peine entrée dans ma chambre, en voyant mon lit qui m'attirait comme un aimant, j'ai eu à peine le temps d'enlever mes chaussettes, que j'étais déjà au pays des songes. Cette journée-là j'ai dormi 15h d'affilée. C'est les vacances.

La prochaine et dernière fois, je vous raconterai enfin la fin de l'année avec ces vacances de mai et juin que je n'oublierai jamais, puis l'attente des résultats... Et enfin, le 29 juin, c'est-à-dire dans 5 jours, je mettrai mon classement ici... Et je saurai enfin si je passe ou si je repars pour une nouvelle année de bonheur...
Merci à ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu'ici, merci à ceux qui m'ont supporté, encouragé et soutenu pendant cette année, merci à vous...
Tuesday, June 22nd, 2004
2:42 pm
mémoires de p1_mai : mais quel titre donner? (suite)
Le mois de mai donc. J'ai difficilement résisté à l'envie de vous mettre des passages de mon journal (manuscrit), parce qu'en le relisant j'étais morte de rire, tellement j'avais l'impression que j'étais complètement folle.
Le déclic du mois d'avril se poursuit. Il reste 19 jours de travail, il faut donc tout donner maintenant. Je poursuis le Guronsan, dont la merveilleuse action m'est devenue indispensable. J'ai essayé d'arrêter une journée, j'étais super fatiguée et je n'ai réussi à travailler que 12h. Je me rends compte que je suis en train de décrire quasiment les effets d'une drogue... A la différence près que je pourrai arrêter le Guronsan facilement une fois que je serai en vacances, étant donné que je pourrai dormir autant que je veux...
MA journée n'est donc pas bien compliquée en fait. Je vais à la bibli de la fac à son ouverture, càd 9h ou plutôt 9h30 (donc réveil à 7h45), je reste jusqu'à 23h, je rentre chez moi (il est minuit), je prends un petit coup de l'efficace mélange vitamine C-café-Gugu et je repars pour 2h, (voire 3h dans les journées où je ne suis pas trop fatiguée) de travail, parce que je n'arrive jamais à finir le programme que je me suis imposée pour la journée à la bibli. En bref je dors 6h, je passe environ 2h dans les transports (avec des polys dans les mains bien sûr, mais ce n'est pas très efficace), les repas (enfin, les fois où je mange, ce ne sont plus vraiment des repas) cumulé avec les pauses doivent faire environ 1h. Le reste du temps, je travaille. Ce qui fait 15h de travail par jour, voire 16 à 17h quand je suis en forme, dans les bonnes journées (je prends sur le temps de sommeil). Je sais que ça paraît énorme, comme ça. Moi-même aujourd'hui, ça me paraît infaisable. Et pourtant, je l'ai fait, et ce qui est surtout étrange, c'est que je n'avais pas l'impression que ça soit très dur. C'était logique et naturel. J'arrivais à la bibli, j'émergeais 4h plus tard pour aller avaler un truc, puis j'y retournais. C'est incroyable à quel point je ne voyais pas le temps passer, j'avais l'impression qu'il défilait à toute allure et que j'avais à peine travaillé 5h alors que je venais d'en enchaîner 14. L'année prochaine si je redouble, ça sera vraiment un gros avantage que celui d'avoir appris à travailler ainsi, parce que je débuterai l'année en travaillant tout de suite un max, et sans trop me fatiguer. Par contre le stress devient vraiment insupportable. J'ai des vertiges assez souvent quand je me lève, j'ai un énorme noeud dans le ventre qui devient vraiment douloureux, mal à la tête tout le temps, et tous les jours, tout à coup, une crise de larmes qui arrive sans prévenir. Tranquillement, je suis sur le cours sur les drogues en santé pub par exemple, et paf, je commence à trembloter, puis à pleurer, comme ça, sans raison. Donc forcément je me dépêche d'aller courir hors de la bibli dans un coin tranquille, où je me calme 5 mn après, et c'est reparti!
Ce qui m'arrive aussi maintenant, c'est de dormir sur commande, ce qui est assez insolite. Je sens que j'ai un coup de barre tout à coup, alors je m'installe sur la table la tête dans les bras croisés, et je m'ordonne toute seule de dormir une quinzaine de minutes. Et ça marche en plus!! Je suis au pays des rêves une dizaine de secondes plus tard et je me réveille 15 mn après! On est conditionnés... Et je ne suis vraiment pas la seule à faire ça...
Je fais le décompte des jours qui me séparent du concours. Je fais toutes les annales, histoire d'avoir tout fait le jour fatidique... Par contre en me corrigeant je ne compte pas mes points, j'ai bien trop peur que ça me décourage... Enfin, ça a l'air d'aller, je connais les réponses à à peu près toutes les questions en SHS.
Derniers jours... Je suis dans un état second. Le concours est mardi et mercredi, ce qui est cool, ça me laisse le lundi pour finir peaufiner quelques petits trucs. Dormir me semble une occupation extrêmement vaine et inutile, et j'ai tellement d'adrénaline et autres hormones stimulantes dans le corps, que les 3 derniers jours, j'ai dû dormir 15h en 3 nuits sans être fatiguée le moins du monde!! De toute façon je me réveille tout le temps la nuit pour aller vérifier des trucs dans les polys, comme au 1er semestre.
J'ai le coeur qui bat au moins deux fois plus vite qu'habituellement, ce qui est passablement énervant. Je veux bien qu'avec le stress, par exemple à l'oral du bac de français, il batte plus vite qu'à l'ordinaire, c'est normal. Mais qu'il batte plus vite 48h durant, à la fin, c'est crevant et inquiétant, même. Je veux que ça finisse. Je suis passée d'une à 3 crises de larmes par jour, je suis complètement abrutie par le travail, ça suffit, j'en ai ASSEZ!! Je veux finir cette année, que je passe, que je redouble, quelle que soit l'issue... Je n'en peux plus.
Saturday, June 19th, 2004
4:35 pm
mémoires de p1_mai : mais quel titre donner?
En effet, quel titre donner à ce mois où tant de choses se sont passées??
Je refais un topo, pour les gens qui me liraient sans savoir en quoi consiste la première année de médecine. On est à la fac, donc dans des amphis, pas de contrôle de présence, donc une totale liberté d'agir. C'était l'aspect cool. L'aspect pas cool, c'est que la première année de médecine se solde par un concours où seulement 1 candidat sur 5 (sur 6 à la Pitié:( ) est reçu en 2ème année. Ceux qui sont classés au delà des 130 premiers peuvent retaper si c'est leur première p1. En revanche ceux qui ont déjà redoublé et qui ne sont pas dans les 130 premiers (on est 740 étudiants), ne pourront plus jamais devenir médecins, les portes de ce métier leur sont pour toujours fermées. Alors forcément, les redoublants ont sacrément les chocottes, et bien sûr tout le monde veut passer du premier coup... Donc cette année est une année de stress intense, de boulot énorme à fournir, de crises, de nerfs, de larmes, d'angoisse, de déprime, de tout ce que vous voulez!!.. Une année que je ne souhaite à personne de passer en bref! :)) Sauf que la médecine, je l'ai dans la peau (mais qu'est ce qui m'a pris de naître comme ça, je n'aurais pas pu avoir une vocation plus facile à réaliser??), donc il faut en passer par ce concours que je maudis pour les 10 prochaines générations au moins...
Voilà voilà. Je reprends mon mois de mai. ;)
Friday, June 18th, 2004
3:17 pm
mémoires de p1_avril : la fin de l'année pointe timidement le bout de son nez...
... et c'est pas trop tôt!!
Avec le mois d'avril la fin des cours en amphi s'approche, il n'en reste plus beaucoup, ce qui semble étonnant! Je n'ai pas l'impression qu'il y en a eu beaucoup ce semestre, peut-être parce que je ne suis pas allée à tout en amphi :)). Avec l'arrivée des jours sans cours n°2 (""vacances"" de Pâques du 10 au 26 avril), je ne sais pas ce qui m'a pris, mais j'ai eu comme un énorme coup de motivation et je me suis mise à travailler de façon inconsidérée comme jamais auparavant dans l'année! Je reste à présent à la bibli tout le temps, à chaque moindre petite pause de la journée. Les repas maintenant ne semblent plus vraiment m'occuper, en fait la fonction vitale "manger" semble être en mode off : je me fiche du goût que peuvent avoir les aliments, en fait j'ai l'impression d'avoir oublié ce que c'est de vraiment prendre plaisir à savourer un bon repas... (Je commence à parler comme Frodon quand il est sur la Montagne du Destin, c'est assez révélateur de mon état...) C'est du remplissage de ventre, rien de plus. Le déjeuner n'est qu'une technique pour ne pas mourir de faim. Lol. En fait ça ne me paraît plus essentiel, du moins pas autant que... travailler. C'est devenu une drogue le travail, une drogue qu'on prend à contrecoeur mais dont on ne peut plus se passer sous peine de crise de nerfs. J'allonge très vite mes journées de travail et forcément, j'écourte mes nuits : je suis passée de 8-9h à 7h voire 6h30. Ben oui, il s'agit d'être à la bibli à l'ouverture (9h), donc se lever à 7h30, et partir de la bibli à sa fermeture (béni soit celui qui a permis l'ouverture de la bu Pitié jusqu'à 23h). Soit je reviens chez moi à minuit (merci à mes parents qui viennent me chercher à la gare de RER pour que je ne rentre pas seule!), le temps d'avaler une pomme, un café fort, de la vitamine C et 1 morceau de sucre de canne, je finis le travail que je n'ai pas eu le temps de finir à la bibli, et donc je me couche vers 1h du mat. Je sais que ce n'est pas très responsable. Mais quand le rêve de votre vie, votre vocation, votre raison de croire que vous n'êtes pas venu au monde inutilement, sont tout proches, au point que vous pouvez presque les toucher de la main... On est capable de tout. Je suis peut-être à un mois de faire ce à quoi je suis destinée, j'en suis sûre maintenant : la médecine. Aussi loin que remontent mes souvenirs, depuis que je pense (donc depuis que je suis :), je veux être médecin. Et cette motivation est en ce mois d'avril plus forte que n'importe quoi d'autre, j'en oublie tout le reste. Je me suis demandé ce que j'aimerais me faire offrir pour mon anniversaire, et rien ne m'est venu à l'esprit, vraiment rien. J'ai cette sensation de n'avoir besoin de rien sauf avoir mon année et passer en P2. Comme quoi, la P1, ça rend vraiment malade lol.
La bibli est pleine de P1 en stress comme moi, de futurs internes complètement stressés aussi et d'aliens. Les aliens, ce n'est pas méchant, c'est pour désigner le reste de la population de la bibli, constituée de P2 qui ont décidé qu'il fallait quand même travailler un peu 3 jours avant leurs examens, d'étudiants d'autres facs qui viennent squatter ici parce que la bibli ferme tard, et... de terminales!! Des petits terminales tout sérieux qui viennent réviser sagement leur bac ici avec leurs annales et leurs cours! D'ailleurs ils semblent avoir assez peur en voyant la jolie pile de polys sur notre table et nos énormes cernes... Et nous on se moque d'eux parfois, en éhcnageant des regards complices avec les P1 ou les futurs internes en face de nous... Ah, terminales, terminales, profitez, profitez de votre belle vie si vous voulez venir en médecine l'an prochain!!..
Les cours commencent à me sortir de partout, mais j'arrive vraiment à retenir de mieux en mieux en fait, finalement. L'habitude sans doute. Au bout d'un moment, on a tellement de boulot qu'on finit par s'y habituer, bizarrement, et ça devient routinier de travailler 13-14h par jour... (il faut quand même faire des pauses...). Bizarrement j'arrive à peu près à respecter mon programme. Je fais des fiches partout aussi, j'ai un beau classeur qui trône dans un carton maintenant avec au moins 300 fiches de bristol diverses et variées...
Mais travailler autant, forcément ça a son prix : je suis crevée à force de dormir aussi peu... donc j'ai commencé (pas taper!!) le Guronsan. Ca me permet de tenir et de moins dormir la nuit, ça marche très bien. Certains redoublants en prennent toute l'année, j'ai réussi à tenir jusqu'à avril mais là je ne peux vraiment plus m'en passer, sinon je m'écroulerai avant la fin des révisions et c'est maintenant qu'il faut tenir et tout donner!!
Il fait beau dehors, quand j'étais en term le beau temps me donnait envie de fuir les maths et autres histoire-géo pour sortir dehors, profiter du soleil, aller gambader sur l'herbe comme un petit chevreuil. Là même pas. J'ai grandi de 10 ans en 1 an, ou quoi? Elle sont où mon insouciance et ma joie de vivre? Je suis devenue super agressive, il vaut mieux ne pas trop me parler (de toute façon je suis devenue asociale en ce mois d'avril), mon caractère est passé du stade normal "caractère de cochon" au stade pathologique "caractère de très méchant cochon"!!
Les cours qui restent après les jours sans cours de Pâques sont symboliques, il doit y avoir une quinzaine d'heures en tout à caser en deux semaines. Après, place à la fin des révisions et... au concours. On stresse tous. Joyeusement. Je craque. Pourvu que je tienne. Encore 19 jours à tenir en mai (le concours est le 18 et le 19), je fais le compte à rebours tous les jours chez moi.
Vacances, mes bien-aimées vacances, mais quand allez vous arriver, jamais vous ne vous étiez autant fait attendre...
Wednesday, June 16th, 2004
4:13 pm
mémoires de p1_mars : c'est reparti!!
Mars... Le mois de l'espoir :)). J'étais dans une phase où j'ai véritablement compris l'"horreur" de mon classement : ni classée, ni sûre de redoubler, c'est horrible!! Pourquoi est-ce que les situations les plus stressantes n'arrivent qu'à moi?? L'écart entre les personnes classées et non classées est vraiment ridicule : j'ai 9 places de retard sur le dernier pris, ce qui est ridicule et donc facilement rattrappable. D'un autre côté, je ne vois personne, mais alors personne qui voudrait gentiment me céder sa place. Ceux qui sont dans le NC (ndlr : Numerus Clausus, autrement dit les personnes classées dans les fatidiques 129 premiers) ont l'air de bosser comme des dingues, et entre la 130ème et la 171ème place pareil. Tout le monde a compris qu'il avait sa chance... Argh argh...
Bon, petits commentaires de mes notes du 1er semestre et des notes en général:
Chimie orga 8/20. Pour une primante, vu la matière c'est plutôt pas mal en fait. C'est à peu près ce à quoi je m'attendais, la moyenne dans cette matière sur tous les étudiants doit friser les 4-5/20.
Chimie générale 12.5/20. Ma meilleure note avec la bioch, bien que coeff 1. LA cinétique a payé :), et je n'avais pas eu le temps de finir les acides malheureusement, ça m'a coûté pas mal de point je pense.
Bioch : 24.5/40. :D Ma fierté!! C'est génial d'avoir 24.5/40 en bioch en étant primant!! Ca ne présage que du bon si je redouble!
Anat : 15/40. La c'est la surprise et la grosse déception, bien sûr, j'aurais au moins pu avoir la moyenne en anat et je croyais avoir pas mal réussi Michou et Babeth, en fait non apparemment. J'en suis arrivée à me demander si je ne m'étais pas gourrée sur la feuille de cochage, si je n'avais pas par hasard décalé mes réponses d'une case, parce que c'est quand même un peu la honte en anat là... Et c'est l'anat qui m'a tout gâché, si j'avais eu un peu plus j'aurais été classée...
Bio cell : 13.5/20. Bon, ce n'est pas la chimie ma meilleure note mais la biocell, mais je ne la comptais même pas, elle est vraiment facile cette matière. Pas trop de surprise donc, peut-être même une petite déception, j'aurais pu faire un peu mieux... C'est la communication cellulaire qui m'a tuée...
Bio dev : 10.5/20. Bôf, pas trop de commentaires, la matière était nouvelle, donc à l'épreuve tout le monde s'est plus ou moins foiré bien que ça ne paraissait pas très dur.
Physique : ???? Et oui, il faut attendre pour la physique, on aura les notes plus tard en mars... Zont pas encore eu le temps de corriger nos nouvelles épreuves...

En général, je remarque que j'ai (je crois, je m'en souviens de mémoire et je n'ai pas recompté) 10.5 de moyenne générale, mais sans compter la physique. La moyenne du dernier classé est à 11.5 environ, j'ai donc un point de retard. Allez!
La majore (une redoublante cette année) quant à elle à 16.5 de moyenne. Gloups. J'en suis encore loin moi. :))

Les cours s'enchaînent en mars. Je ne vais pas toujours aux cours en amphi contrairement au 1er semestre, parce qu'on a les polys. Je bénis d'ailleurs la P2 qui m'a donnés ses polys de l'an passé parce qu'à la scolarité ils sont pas pressés de les imprimer pour les distribuer aux pauvres primants qui ne les ont pas, alors que les doublants eux bossent sur leurs polys de l'an passé (les mêmes que cette année). Au lieu d'aller en cours je dors ou je vais à la bibli, c'est beaucoup plus profitable. En histo ou en biostats, le ou la prof ne fait que lire le poly ou donner des explications inutiles, merci bien, je préfère ne pas perdre mon temps. Il y a beaucoup moins de TD aussi, forcément, pas besoin de faire d'exercices puisque c'est du par coeur. ;)
La bibli regagne sa popularité pour moi, j'y reste de plus en plus tard et donc de plus en plus longtemps. Ce que j'aime, c'est me mettre en face de gens qui préparent l'internat. Ils ont l'air tellement crevés, stressés et malheureux que je me dis, je ne suis pas dans une situation si horrible que ça, par rapport à eux... Parfois ils arrivent de leur garde le matin (ils n'ont donc quasiment pas dormi de la nuit), ils vont dans la bibli comme des zombies, ils travaillent 2 heures puis tombent endormis sur leur table, d'un coup. Puis ils se réveillent, vont en stage à Pétaouchnok, reviennent 6h plus tard, et se remettent à travailler jusqu'à 23h. J'ai pitié. En plus, ce qui est encourageant ce sont leurs bouquins de révisions, ça porte sur des spécialités médicales genre cardio, néphro, gastro-entéro, pédiatrie, gynéco-obstétrique... Et je me dis que si je le fais, cet effort, dans 6 ans je serai comme eux. Et il faut que je le soie!!
Grâce au fait que je ne vais pas à quelques cours, je dors plus, ce qui me permet de ne pas me transformer en zombie. Malgré cela, la fatigue revient. Pas une fatigue physique, je dors au moins 8h par nuit, mais les connaissances s'accumulent les unes sur les autres et j'ai la désagréable impression qu'un jour mon cerveau sera saturé et ne pourra plus en contenir une seule. Comme un verre d'eau où on met trop de sel, le sel finit par ne plus fondre dans l'eau... Pourtant je n'en suis qu'à la moitié du programme et comme au premier semestre ça avait à peu près marché, j'ai refait un plan de travail que je m'efforce de respecter. Les SHS c'est chiant à mourir, surtout la santé publique.
En plus on a une nouvelle matière maintenant!! La génétique venue remplacer les biostats! Géniallllll! Avec 3 polys en plus!! Heureusement c'est pas trop dur, il y a 4 parties : bio mol (beurkk, c'est la partie la plus longue, chiante et importante bien sûr :), génétique fondamentale qui est quasiment le programme de term (je remercie d'ailleurs ma prof de bio de term qui m'a permis d'éviter de passer de longues heures à comprendre les test-cross, elle avait tout bien expliqué en terminale), cytogénétique (la partie la plus médicale, donc passionnante) et affections mendeliennes (très intéressant aussi, mais un peu trop par coeur). La génétique est considérée comme une matière plutôt facile au concours, il faut donc l'assurer et ne pas passer trop de temps dessus vu que c'est coeff 1, ce qui n'est rien par rapport au coeff géant des SHS.
J'ai en tout cas repris mon rythme de croisière du 1er semestre, à savoir 6-7h par jour plus 10h par jour de week-end (à la BNF). Ce qui est clair en tout cas, c'est que j'ai tout de suite adopté un rythme de travail que je tiens, une efficacité bien plus grande qu'au 1er semestre. Je me rends vraiment compte que j'ai appris à travailler et que décidément, en terminale, je ne foutais RIEN. Là n'importe laquelle de mes journées doit valoir en heures de travail les pires journées de travail de term, à savoir les révisions intensives du bac. Comme j'étais fière de moi en term quand j'arrivais à aligner 4 heures de travail sans pause de plus de 10mn! Quelle belle époque... (soupir de nostalgie...). C'est là aussi qu'on comprend le net avantage des redoublants sur les primants : non seulement ils connaissent le programme d'avance, mais en plus et surtout, ils savent travailler, longtemps et efficacement.

Changement de classement avec les résultats de physique : le matin des résultats on a eu un cours en psycho sur le stress, marrant. Pas mal de gens avaient très peur en fait, parce qu'ils croyaient tous avoir raté la radioactivité. Evidemment je faisais partie des stressés, et si je perdais plein de places?? Finalement j'en ai gagné 2 :)). Je suis donc 170. Un peu déçue quelque part, j'aurais bien aimé en gagner plus. Les notes sont bonnes en tout cas, voire très bonnes, surtout pour les redoublants bien sûr, mais les classements ne bougent pas trop, surtout dans les 200 premiers, ont a un niveau semblable et tout le monde s'accroche à sa place évidemment... Ma note d'ailleurs est 28/40, ce qui remonte ma moyenne à 11.2/20! Malheureusement la moyenne du dernier classé est remontée aussi, mais l'écart entre nous reste à peu près le même!
Sunday, June 13th, 2004
5:55 pm
mémoires de p1_février : le mois où on ne pense qu'à une chose...(suite)
Suite des matières génialissimes de ce semestre...
Biophy : argh argh comme prof on a le responsable de la p1 à Pitié, polytechnicien qui a finalement abandonné polytechnique pour aller en médecine, chef de service de médecine nucléaire dans le plus grand hôpital d'Europe (le nôtre :p)... Un dieu quoi. Mon idole. Aurengo qu'il s'appelle. Andrééééééé! Il fait la partie imagerie et vision de la biophy, et M.Petitclerc, pas mal (et un peu cynique), nous fait la partie "compartiments liquidiens". Ca va, la biophy, ça fait du bien d'avoir une matière un peu à reflexion au milieu de ce raz de marée de par coeuuuuuur à ingurgiter... Mais ce n'est pas facile facile, tout de même.
et enfin bio dev II: bôf, une matière où il n'y a pas de poly, donc il faut aller en cours, et c'est 2h de cours à la suite... Et ce n'est pas vraiment passionnant... Visez un peu : les premières grandes étapes du développement de l'amphibien (les trucs qui font coâ! coâ!) à partir de la fécondation. Autant les autres matières, on peut trouver des arguments pour dire qu'elles pourront nous servir pour la suite de nos études de médecine, autant celle-là, ne sert à rien. A part peut-être faire un parallèle avec l'embryo humaine, mais bon...

Enfin, le résumé des matières n'est pas le sujet principal.
Le mois continuait plutôt tranquillement, étant donné qu'après les vacances, personne n'a vraiment une folle envie de travailler, et de toute façon, ce que je me dis maintenant, c'est que c'est tellement du par coeur, et le par coeur s'oublie tellement vite, que limite ça ne sert à rien de travailler en février. Par travailler j'entends bien sûr 6h par jour hors cours ;), il faut quand même apprendre ses cours quand même...
En Shs, on a tellement de profs en santé pub et psycho que ce sont plutôt d'"intervenants" que je parlerais, pas de profs. En tout on a 17 cours de santé pub, et quelque chose comme 12 "profs"...
Bref. J'arrive un matin, toute tranquille, en amphi, et sur les escaliers dehors, je vois une fille en train de pleurer au téléphone. Bon, ça arrive parfois, des étudiants dont les nerfs lâchent sous la pression. Mais quand je rentre dans l'amphi, je remarque que pas mal de personnes pleurent ou sont au tél, d'autres font des têtes de déterrés... Pourtant on n'est pas en mai ni en janvier, on est en février! Bon, qu'est ce qui se passe là?? Un copain arrivé avant moi me le dit : Aurengo est venu et a annoncé qu'on repassait l'épreuve de physique... Et ouaiiiiiiiiis! Tout ça pourquoi? Parce qu'un surveillant a paumé une copie!! UNE! Sur 740!! J'avoue que pour que ça soit juste, faire repasser l'épreuve est la meilleure solution, mais bon, qu'est ce que ça fait ch...!! Même si je n'avais pas trop réussi! Je pense que j'aurais quand même eu minimum 26 sur 40, j'avais quasiment tout fait... Et là, on va se refarcir toute la physique, tous les TD, les annales et tout... Pffff... Bonne nouvelle par contre, en guise de "réparation pour les dommages moraux et sanitaires subis", on a une semaine sans cours du tout pour réviser et un voire deux cours sont supprimés dans toutes les matières! Rétrospectivement, et après les résultats, finalement je me dis que ce n'était pas si mal cette épreuve... Ca nous a permis de virer vraiment pas mal de cours assez durs à apprendre...
L'épreuve en elle-même est le 20 février, au même endroit que le concours normal. L'épreuve n'était pas trop dure, mais la partie radioactivité était assez surprenante. En tout cas cette fois j'ai vérifié 3 fois, je n'ai pas oublié de page!.. Et j'ai tout fait. J'espère donc avoir autant ou même un peu plus de points que ce que j'aurais eu à la première épreuve...
Et le lundi 23, les résultats... Finalement c'était pas si mal cette épreuve, ça m'a permis de ne pas trop penser aux résultats parce que je stressais pour la physique... En revanche une fois l'épreuve passée, inutile de dire que je n'ai quasiment pas dormi du week-end... Je me rongeais les sangs comme pas possible. Et si j'étais classée dans les 500... Ou les 400, ou même les 300... Non seulement je redoublerais, mais en plus je ne serais vraiment pas rassurée pour le redoublement l'année prochaine... Je faisais plusieurs rêves d'affilée, certains où j'étais dans les 10 premiers (mais je me doutais que je rêvais :), soit dans les tous derniers, mais je savais que je rêvais aussi. Ce n'est pas possible qu'il y ait seulement 100 personnes qui aient moins travaillé que moi, qaund même. Je me suis bien déchirée, je pense que je mériterais, disons, d'être dans le premier tiers, genre dans les 250.
Jour des résultats. Le matin on pouvait quasiment toucher la peur et la tension qui régnaient dans l'amphi (surtout les pauvres redoublants), les cours on ne les écoutait quasiment pas... 13h30. Par petits cercles d'amis, on est dans le hall, en riant nerveusement, tripotant nos sacs, se racontant comment on va regarder les résultats... Je n'ai plus d'ongles... La foule s'amasse autour du tableau d'affichage. Je suis pas mal devant, c'est pas mal pour la mêlée générale qui va suivre... Enfin, des gens qui ont l'air apeurés et Aurengo amènent les fameuses feuilles. J'ai le sang qui me tape dans les tempes et le vertige, c'est insupportable. J'ai faim en plus, rien réussi à avaler au déj évidemment... Et si je tombais dans les pommes?? Je me ferais piétiner!! André commence à afficher les feuilles, par ordre alphabétique. C'est génial, trop contente, mon nom est en "p", je vais être affichée dans les derniers... Les premières exclamations se font entendre. Des exclamations de joie en plus, ce qui fait peur, parce qu'autant il y a d'exclamations de joie, autant il y a de places en moins pour moi... Bon, enfin ils ont fini d'afficher les feuilles. Je me faufile comme je peux, c'est-à-dire très maladroitement, vers le devant où j'ai failli me faire coller contre la vitre tellement ça pousse et ça essaye de passer. Je chercher mon nom, complètement hagarde... Ca y est, Paktoris... La place est à côté, qu'est ce que je fais, je la regarde ou pas?? Et dans un éclair, je vois passer "172"... 172... 172... Je ne suis pas classée mais ça reste très possible... Mon D.... Je sors comme je peux, toute rouge... 172... J'appelle vite ma mère dont la voix trahit "à peine" l'attente et l'émotion. Je lui donne ma place, elle me crie "mais c'est génial, bravo, etc..." Tout devient flou, et bien sûr je commence à suffoquer et à être secouée... Et en même temps que les larmes montent, le stress descend... Que ça fait du bien!!.. Ma boule dans la gorge, mon noeud dans le ventre sont partis... Incroyable, je suis dans les 200 premiers... Je n'ai pas travaillé une seule minute de la journée du 23. Irresponsable bien sûr, mais je ne m'en veux même pas en fait... Trop de choses dans la tête, trop d'amis à appeler, trop de joie et d'émotion à partager...
Mais le lendemain je reprends, plus que jamais! Je ne suis pas classée dans les 130 premiers mais je dois tout faire pour le devenir!! J'ai 40 places à remonter et c'est carrément faisable! Je vais leur montrer de quoi je suis capable! Je l'aurai, ce concours!!! Même si je dois ne plus dormir des nuits entières, je vais l'avoir!!
Friday, June 11th, 2004
11:33 pm
mémoires de p1_février : le mois où on ne pense qu'à une chose...
halte aux esprits tordus qui ont vu le titre et cru deviner la "chose" à laquelle on pense ce mois-ci!! Ce n'est pas ça!! (Le problème de la solitude en p1, je l'aborderai un autre jour :p)
La chose à quoi on pense, ben ce sont les résultats... Eh oui... Concours le 13-14 janvier, résultats le 23 février. Pendant les vacances je me suis obligée à penser à autre chose que ces fameux résultats, à m'occuper l'esprit avec tout sauf la médecine. Mais avec les cours qui reviennent, forcément, le stress revient...
En tout cas le deuxième semestre, c'est parti, avec des matières totalement différentes de celles du premier. Des matières beaucoup plus à "par coeur", le premier semestre privilégiant la réflexion dans certaines matières tout de même. Là, c'est tu prends ton poly, tu lis ton cours, tu relis ton cours, tu rerelis ton cours, tu rererelis ton cours, tu changes de poly, tu lis le nouveau cours, puis tu le relis, etc etc etc. Et ça n'a pas de fin...
Première remarque : l'ambiance est nettement plus calme qu'au début détonant du premier semestre! A peine quelques avions timides et quelques "assis, là!" quand on arrive en retard!
Deuxième remarque : profitant du fait qu'on ne se fait plus traiter de fayots quand on s'assoit aux premiers rangs, ben j'en profite pour bien écouter et je me mets quasiment devant le bureau du prof. Qu'est ce que c'est biiiiien, on peut lui poser des questions à la fin du cours sans se lever de sa place!
Troisième remarque : je suis en forme après les vacances!! Ca ne m'était pas arrivé depuis longtemps ça! Ah, toute une nouvelle réserve de bonne santé et de sommeil où je vais pouvoir puiser jusqu'à la fin de l'année...
Quatrième remarque : l'avantage-piège de ce semestre, c'est qu'on a des polys dans les grosses matières à par coeur. Soit des feuilles reliées, 150 pages pour un poly. On a 5 gros polys, 1 d'histo, 1 d'embryo, et un pour chaque matière de SHS. A apprendre par coeuuuuuuur!! Au début ça me sembalit effrayant à regarder, alors me dire que je devrai apprendre ça par coeur... Hem hem, comme dirait Dolores Ombrage... Et pourtant je l'a fait ;). Ca peut sembler bizarre, mais j'ai réussi à tout me farcir et à tout connaître, les 750 pages... En rajoutant bien sûr la biophysique, les biostats, la génétique et la bio dev II (le retour)...
Les cours : d'abord, les SHS bien sûr. Sciences Humaines et Sociales. C'est LA grosse matière, celle dont le coeff vaut 4.5 alors que le coeff des matières importantes est en général de 2. Ce qu'il ne faut pas rater au concours, quoi. ;) C'est en fait un module composé de Santé publique (la pire, elle se décompose en éthique, prévention, droit et org du syst de soins en France, chiant à mourir et trrrrrrrrès long), psycho (intéressant sauf le cours d'un prof, incompréhensible...) et histoire de la médecine (intéressant grâce au génialissime prof).
Histo-embryo : beurk l'histo. Je ne vais pas au cours, il est vendredi matin et la prof lit le poly en faisant des rajouts parfois, mais de toute façon, "ce qu'il n'y a pas dans le poly, ce n'est pas au programme!"
2 petites blagues à ce sujet : on demande à un étudiant de prépa MP et à un étudiant en p1 d'apprendre l'annuaire par coeur. L'étudiant de prépa répond, "pourquoi?" et l'étudiant de p1 répond, "pour quand?"
C'est assez révélateur, n'empêche. Desfois je me prends à penser que ce que j'apprends me sera tout aussi utile pour le futur que d'apprendre les pages jaunes...
2ème blague : combien d'étudiants en p1 faut-il pour mettre une ampoule? "chépa, c'est pas marqué dans le poly!"
Voilà. Tout ça pour dire que l'histo, ben c'est chiant, et c'est tout. C'est qui qui va apprendre les 300 protéines et autres molécules pourries peuplant notre merveilleux d'organisme?? C'est nous!!
L'embryo, c'est par coeur aussi, mais en moins chiant, ce sont les premiers stades du développement humain. C'est assez complexe en fait, donc tu cherches pas à tout comprendre, ça prend trop de temps, et le temps on en a déjà pas assez... Tu apprennds par coeur et tu te tais. ;)
Les biostats. C'est la matière pourrie négligée par tout le monde au concours... En gros, l'épreuve dure 45 mn pour un sujet qu'on aurait à peine le temps de faire en 2h... Il faut connaître les tests d'hypothèses, après tu coches les autres exos au petit bonheur la chance, ce sont des qcm... On ne sait jamais, la bonne fée de "la chance en biostats au concours de p1" s'est peut-être penchée sur son berceau à sa naissance...

Bon, je continue demain, avec (tintintin!) les résultats du concours du premier semestre et la fameuse épreuve de physique de Pitié dont il a été traité dans un journal de 20h!
[ << Previous 20 ]
About LiveJournal.com